Archives du mot-clé Web de données

Après la séance « Linked Data et interopérabilité des images sur le Web »

Lors de la séance « Linked Data et interopérabilité des images sur le Web » (vendredi 8 avril 2016), Lukas ROSENTHALER (Responsable du Digital Humanities Lab, Faculty of Humanities, Bâle), Stéfanie GEHRKE et Régis ROBINEAU (projet Biblissima) ont exposé, dans leurs communications, les principes et les caractéristiques d’IIIF (International Image Interoperability Framework), ainsi que son utilisation pour l’interopérabilité des images numériques dans l’optique du Web de données liées (Linked Data).

Stefanie GEHRKE et Régis ROBINEAU ont présenté le projet IIIF, les spécificités techniques de cette technologie telles que les implémentations (serveurs d’images, visualiseurs, applications…) et les APIs, ainsi que son utilisation dans le cadre du programme Biblissima dédié aux ouvrages anciens (notions de collection, manifeste, séquence…). Cette approche permet, par exemple, de sélectionner différentes zones dans une image numérique reproduisant une page illustrée d’un livre enluminé afin de les documenter et de les associer à d’autres données (transcription, commentaire…).
La communication s’est terminée par la présentation de l’utilisation de l’application Mirador pour des livres enluminés:

Lukas ROSENTHALER a partagé son expérience sur les formats d’images numériques et les avantages de JPEG2000, format privilégié pour IIIF (ainsi que TIFF), qui grâce à la qualité de ses algorithmes de compression (avec ou sans perte) est adapté non seulement à la diffusion sur le Web mais aussi à la conservation.
Après avoir signalé la création d’un outil de  conversion d’images en JPEG2000 sans perte de métadonnées
embarquées dans le fichier image (bientôt mis à disposition sur GitHub), L. ROSENTHALER a présenté son environnement virtuel de recherche, SALSAH (http://www.salsah.org/), qui associe, grâce aux principes du web sémantique et à l’utilisation de RDF, des documents d’archive, des publications anciennes ou récentes avec des documents d’études et des annotations scientifiques, quel qu’en soit le type (texte, image, 3D…). Le système est fondé sur la conservation et la gestion dans le temps de toutes les versions des annotations scientifiques, l’accès à ces versions et leur restitution étant fondamentales pour fiabiliser et optimiser leur citation dans le contexte du monde de la  recherche.
L’expérience acquise pour SALSAH, projet créé pour les ressources numériques de l’Université de Bâle (Philosophisch-Historische Fakultät) et utilisé notamment pour les archives photographiques de la Kunsthalle  (http://salsah.org/kuhaba/), enrichit aujourd’hui l’élaboration du projet KNORA – KNowledge Organization, Representation and Annotation – (http://www.knora.org/) qui vise à la création d’un réseau national suisse de données pour les Humanités numériques.
Les outils numériques, les APIs élaborés par L. Rosenthaler et son équipe sont/seront mis à la disposition de la communauté (GitHub).

Logo-iiif-logo-2

« IIIF (International Image Interoperability Framework) désigne à la fois une communauté et un ensemble de spécifications techniques dont l’objectif est de définir un cadre d’interopérabilité pour la diffusion d’images haute résolution sur le Web. […]
Son but est de créer un cadre technique commun grâce auquel les entrepôts peuvent délivrer leurs objets numériques de manière standardisée sur le Web afin de les rendre consultables, manipulables et annotables par n’importe quelle application compatible. Ainsi chaque entrepôt devient un point d’accès distant pour des applications tierces qui vont pouvoir « se brancher » sur ce dernier et réutiliser les images à d’autres fins (comparaison d’images issues de différents entrepôts, annotations, conception d’expositions virtuelles etc.). » (Biblissima, http://doc.biblissima-condorcet.fr/introduction-iiif).
iiif : site officiel. http://iiif.io/
Biblissima. http://doc.biblissima-condorcet.fr/initiative-iiif-interoperabilite-images
IIP. http://iipimage.sourceforge.net/2014/12/iiif/

SALSAH est un système centralisé de traitement, gestion et enrichissement de documents et informations scientifiques produits dans le cadre de l’Université de Bâle.
Grâce à l’application des principes du Web de données (Linked Data) et à l’utilisation de RDF, cet « environnement virtuel de recherche » (web-based virtual research environment) rassemble et met en relation, au sein du même entrepôt de données, des ressources numériques (textes, images, annotations…) dont la variété est prise en compte par une ontologie propre au projet.
Tobias Schweizer / Lukas Rosenthaler, « Building Digital Editions on the Basis of a Virtual Research Environment » (Proceedings of the Digital Humanities Congress 2012): http://www.hrionline.ac.uk/openbook/chapter/dhc2012-schweizer

Biblissima est un observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance dans le cadre duquel sont élaborés et mis en pratique des modèles sémantiques et des techniques destinés à la mise en ligne de manuscrits médiévaux, d’incunables et d’imprimés anciens.
http://www.biblissima-condorcet.fr/
Documentation : http://doc.biblissima-condorcet.fr/

Stefanie Gehrke, “Prototype on Illuminated Manuscripts and Future Steps of Metadata Integration”, 33rd CIDOC SIG and FRBR – CIDOC CRM Harmonization Meeting 2015 (Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg), 19/05/2015.

La séance est ouverte à toute personne intéressée, dans la limite des places disponibles.
Texte de présentation : ArcheoNum-iiif-Annonce
Affiche format A4 : ArcheoNum_iiif_A4
Contact : anne-violaine.szabados@mae.cnrs.fr

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "Après la séance « Linked Data et interopérabilité des images sur le Web »," in ArcheoNum, 26/04/2016, http://archeonum.hypotheses.org/585.

CAA-2014-S07: Emeline Le Goff, Olivier Marlet, Xavier Rodier, Philippe Husi. The interoperability of the ArSol database (Soil Archives)

The interoperability of the ArSol database (Soil Archives)

Reflections and feedbacks experiences on the use of the CIDOC-CRM ontology and the integration of thesauri

Emeline LE GOFF
Olivier MARLET
Xavier RODIER
Philippe HUSI

 

Presentation held at the CAA2014, session Ontologies and Standards for improving Interoperability of Archaeological Data :

https://fr.slideshare.net/UMR7324/caa2014-s7-arsolcidoc

 

The structure of the Arsol database (CAA 2008, pdf): Husi_Rodier_CAA2008-ArSol


Abstract
(CAA2014):

The ArSol system (Soil Archives) was developed by the “Archéologie et Territoires” Laboratory (CNRS – Tours University) for processing archaeological data. It can be used for all stratigraphic excavations and has the dual purpose of data management and research. Since its elaboration in 1990, access to data constituted one of the priorities. The software used for the DataBase Management System (DBMS) is 4th Dimension TM (4D). It was chosen because it enables a client/server and multi-platform application and can be accessed via the internet.

 

Joining the trend of exchanges of data and interoperability of applications, ArSol will become a system in compliance with computing standards, both in its technical aspects (ontology) and semantic aspects (thesaurus). In this perspective, we are a partner of the MASA consortium (Memory of the archaeologists and the archaeological sites) which aims towards a unified access to digitized corpuses, and is interested in the CIDOC-CRM (Conceptual Reference Model of the International Committee of Documentation).

In this context, the complexity of ArSol then becomes a difficulty: as it was elaborated in order to take into account the needs for stratigraphic and artifact data as well as to the whole documentation constituting excavations archives, this system was constructed as an open system; it is flexible and above all not conditioned by the integration of predefined thesauri. Wishing not to modify the conception logic of the recording structure of ArSol which is based on the manual stratigraphic recording system in use since 1969 on excavations in Tours, it was decided to develop an additional module in order to satisfy interoperability requirements.

The first step consists in the selection of the main information included in ArSol: features and artifacts. Secondly, a stage of mapping aims to establishing the correspondences between fields necessary for the use of the CIDOC-CRM standard and the available fields in our application. In 2014, the integration of the CRM in the database ArSol will thus be realized through a module allowing to export a selection of data towards a RDF version built according to the CIDOC-CRM and structuring as well the value of fields endowed with list of values. This last operation aims at insuring a compatibility with thesauri used by the community of the Social and Human Sciences – in particular PACTOLS. Joined into the ArSol-CRM module, these reference tables will constitute a footbridge to allow outer users to reach all the connected information, listed in ArSol.

 To summarise, this paper will present our reflections as for the construction of the ArSol-CRM ontology, and the methods used to manage semantic equivalences within the framework of the compatibility with thesauri. This experience raises numerous questions around the perspectives and around the sustainability of the development of this kind of specific application, in particular in the field of archaeology. It is part of a valuation practice of the data while respecting their integrity and without forgetting their intrinsic purpose which is to answer research questions at the scale of a site or of a territory.

Emeline Le Goff, Olivier Marlet, Xavier Rodier, Philippe Husi
CNRS
UMR 7324 CITERES-LAT. Université François Rabelais, Tours