CAA-2014 Paris

(billet rédigé par Virginie Fromageot-Lanièpce & Anne-Violaine Szabados)

CAA-2014 Paris : Concepts Methods Tools

L’archéologie dans Humanités numériques est au cœur de plusieurs communications, sessions, tables rondes et ateliers de la conférence internationale CAA-2014 Paris (Computer Applications and Quantitative Methods in Archaeology).

CAA-2014 : Paris, 22 au 25 avril 2014
Site Web : http://caa2014.sciencesconf.org/
Programme détaillé et résumés des communications (Book of Abstracts) : http://caa2014.sciencesconf.org/conference/caa2014/pages/BOACAA_2016.pdf

 

L’équipe d’ArcheoNum organise deux sessions de la conférence, l’une sur l’archéologie et l’Internet, l’autre sur les ontologies, standards et modèles pour l’interopérabilité des données de l’archéologie :

  • Mercredi 23 avril 2014 : session S09 – Strategy, Practice & Trends in Online Archaeology
  • Responsables : Virginie FROMAGEOT LANIÈPCE, Judith WINTERS
  • La session sera présidée par Virginie FROMAGEOT LANIÈPCE et Judith WINTERS.
  • Programme et horaires de passage : CAA2014-S09-Program-20140423
  • Résumés des communications : CAA2014-BOA-S09-20140423
  • Énoncé de la session :
    There is always more to learn about where the key challenges and opportunities lie for archaeology in terms of the internet, its technology and its applications. Institutional and cultural change alongside experimentation, testing and consultation are all required. This session will explore how archaeologists are collaborating, implementing and using web-based technologies (databases, WebGIS, journals, blogs etc) and will try to address questions such as:
    • How do we build, implement, and sustain online archaeological resources?
    • What are the important digital archive / preservation issues we need to consider?
    • How do we integrate and re-use digital data in heritage resources?
    • Where is the development and application of open data leading us?
    • How do we use the web to promote awareness and monitor usage and reach a wider public?
    • What are the current web-based applications for archaeological fieldwork, studies, publishing, conservation and site managements?

       

  • Jeudi 24 avril 2014 : session S07 – Ontologies and standards for improving interoperability of archaeological data: from models towards practical experiences in various contexts

accès aux résumés et aux présentations: http://archeonum.hypotheses.org/346

 

  • La session commencera avec une introduction de Reinhard FOERTSCH et sera présidée par Reinhard FOERTSCH, Sebastian RAHTZ et Anne-Violaine SZABADOS.
  • Énoncé de la session :
          La documentation relative à l’archéologie – programmée ou préventive – et au patrimoine culturel induit des besoins d’interopérabilité sémantique et technique considérables, tant pour la préservation de l’information que pour le partage et l’enrichissement de la connaissance. Dès lors, la construction d’ontologies spécifiques à l’archéologie et à l’histoire de l’art et l’utilisation de vocabulaires normalisés semblent des approches incontournables que certains chercheurs ont déjà explorées (CAA Perth 2013, sessions 4, 5 et 6).
          Pluridisciplinaire, l’archéologie produit des documents et des données hétérogènes qui relèvent de domaines variés. Afin de tirer le meilleur parti des modèles conceptuels de référence et de leur transposition dans les standards, un équilibre est à trouver entre les approches généralistes, qui favorisent les échanges transdisciplinaires, et spécialisées, qui préservent les aspects propres à la recherche en archéologie (contexte, incertitude, incomplétude, évolution des méthodes d’analyse, révisions de datation, échelles spatiales différentes, subjectivité, observation et/ou interprétation, attribution, etc.). L’utilisation d’ontologies et de normes pour le traitement de l’information relative au patrimoine culturel (CIDOC-CRM/ISO 21127 ; Europeana Data Model…), de l’information spatiale (INSPIRE, ISO 19115, GML, GeoSPARQL, etc.) ou de langages et de thésaurus (OWL, SKOS…) constituent une base déjà éprouvée mais peut-être insuffisante.
          Lors de leur implémentation dans des applications d’enregistrement, d’étude et de gestion de données archéologiques, les divers standards et modèles conceptuels utilisés devraient garantir aux archéologues le choix du niveau de représentation de l’information, depuis l’échelle de l’opération jusqu’à celle des continents. Afin de faciliter l’appropriation des langages et des principes de construction des ontologies par les spécialistes du patrimoine culturel, il conviendrait de montrer ce que pourraient être des réalisations propres à leurs domaines. Il s’agira donc de présenter des normes, des modèles, mais aussi des outils élaborés sur des standards reconnus et déjà adoptés par la communauté scientifique et les institutions culturelles. L’utilisation et la réutilisation des données archéologiques, encodées de façon normalisées, et des métadonnées largement accessibles, suscitent également plusieurs axes de discussion : l’intégrité des données archéologiques, les risques de mauvaise interprétation, le niveau de qualité des données enregistrées, les besoins en labellisation des données, les niveaux de spécialisation dans la description des données et de généralité imposés par l’interopérabilité, etc.
          L’enjeu du recours aux ontologies et aux standards est de permettre l’interopérabilité et une diffusion large, mais maîtrisée, des données archéologiques et du patrimoine culturel dans le contexte général de la diffusion de larges volumes de données ouvertes (big et open data). Pour traiter ces questions, la session a comme objectif de présenter des cas pratiques d’utilisation d’ontologies et de standards. Les aspects trop théoriques et difficilement transposables seront évités. Les communications pourront se focaliser sur les points les plus pratiques dans la construction d’ontologies, de modèles et d’applications, à partir de retours d’expériences analysés, et sur des outils disponibles construits sur de telles approches. Enfin, les communications pourraient permettre aux divers acteurs de la recherche archéologique et du patrimoine culturel d’identifier et d’évaluer ce qui peut leur servir s’ils souhaitent s’engager dans l’utilisation de standards favorisant l’interopérabilité et la diffusion large de leurs données.

     

Après accord avec les intervenants, certaines communications seront, après leur présentation, diffusées ou accessibles par lien – sous la forme de pdf, diaporama ou résumé –  sur le carnet ArcheoNum

 

Sphinx-green-mini

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "CAA-2014 Paris," in ArcheoNum, 16/04/2014, https://archeonum.hypotheses.org/274.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.