Un ‘repository’ en libre accès pour les sciences du patrimoine : un nouveau défi

Paola MOSCATI
Directrice de recherche au CNR, Istituto per le Scienze del Patrimonio Culturale

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

La relation entre le domaine de l’archéologie numérique et les nouvelles tendances inaugurées par le mouvement de la science ouverte a récemment transformé les modes de diffusion de la connaissance scientifique. Nos recherches, conduites en Italie auprès du CNR, depuis plus de trente ans, se fondent à la fois sur les questions historiographiques et sur l’actualité de la recherche en archéologie et reposent sur deux postulats :

  1. l’objectif de chaque expérimentation doit être la reconstruction historique ;
  2. les résultats de la recherche publique doivent toujours revenir à la communauté.

L’expérience d’Archeologia e Calcolatori a été choisie comme exemple d’une revue scientifique internationale, en libre accès depuis 2005 (Moscati 2019), afin de présenter une synthèse de l’histoire de l’édition scientifique en ligne et de proposer un modèle de réalisation d’un référentiel capable de communiquer avec les principales infrastructures numériques (fig. 1). 

30e anniversaire de la revue Archéologia e Calcolatori : chronologie des principaux événements (1990-2018).

Au cours des trente dernières années, la question de la diffusion des résultats de la recherche scientifique a été abordée par la revue selon deux perspectives différentes et, du moins en apparence, opposées : d’une part, l’intérêt d’utiliser les systèmes multimédias et les hypertextes pour l’interrogation et la dissémination des résultats de la recherche, en sauvegardant la richesse du langage naturel pour la description des informations (Guimier-Sorbets 1993) ; d’autre part, la publication électronique, en tant que nouvelle forme de présentation des résultats selon une approche logiciste, qui tend plutôt à une réduction des textes fondée sur une construction logique (Gardin, Roux 2004). L’intérêt sur ce sujet a culminé en 2019 avec la publication du Supplément de Virginie Fromageot-Laniepce sur « Les pratiques de la recherche en archéologie à l’heure du numérique. L’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours » (Fromageot-Laniepce 2019).

Archeologia e Calcolatori a été l’une des premières revues archéologiques à rejoindre l’Open Archives Initiative en 2005, selon un modèle d’édition en libre accès qui ne comporte aucune barrière financière, ni pour les auteurs, ni pour les lecteurs (Moscati 2017). La revue, de rang « A » dans le classement établi en Italie par l’ANVUR (Agence nationale d’évaluation du système universitaire et de la recherche), est aujourd’hui indexée dans le répertoire des revues en libre accès (DOAJ), dans Scopus, ainsi que dans la plateforme Web of Science et dans ERIH PLUS.

Au sein du CNR, l’Institut des Sciences du Patrimoine Culturel (ISPC), né en 2019 de la fusion et de la transformation de quatre Instituts existants, fait face aux nouveaux défis posés par la science du patrimoine et favorise l’innovation dans la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine culturel, grâce à une recherche collaborative et interdisciplinaire. Cet Institut est configuré comme un pôle de recherche sur l’Heritage Science du CNR, ouvert à toute collaboration avec les réseaux d’expertise nationaux et internationaux. Il a bénéficié de l’expérience et de l’insertion de la revue Archeologia e Calcolatori dans ces réseaux pour constituer le groupe de recherche « Open Data, Open Knowledge, Open Science » dans lequel l’équipe de la revue est engagée de façon majeure. Depuis juin 2020, le dépôt de la revue est disponible sur la bibliothèque numérique Europeana et en décembre 2020, grâce à une procédure de « mappage » des données, les métadonnées de ses publications exposées au format Dublin Core ont été rendues conformes aux directives d’OpenAIREOpen Access Infrastructure for Research in Europe qui, à son tour, contribue activement à EOSC, European Open Science Cloud (fig. 2). Tout cela multiplie, aux yeux des utilisateurs, les accès et les opportunités de réutilisation des données grâce aux relations entre des jeux de données (Linked Open Data).

La consultation des articles d’Archéologia e Calcolatori dans Europeana et OpenAIRE.

L’objectif principal du groupe de recherche est l’expérimentation et la promotion de protocoles et de stratégies de valorisation des ressources scientifiques ouvertes et partagées, selon une approche cohérente avec les dernières initiatives scientifiques du CNR, telles que ExploRA, le portail qui s’appuie sur le dépôt institutionnel des produits de recherche PEOPLE, ainsi que OUTREACH, la plateforme en ligne des ressources et des outils pour répondre au besoin de connaissance de la société. Cette approche est également cohérente avec les aspects les plus actuels et débattus de la diffusion des données archéologiques selon les principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, and Re-usable), qui ont été adoptés par les infrastructures européennes que le CNR coordonne en vue de réaliser une infrastructure pan-européenne sur les sciences du patrimoine : E-RIHS (European Research Infrastructure for Heritage Science) et IPERION HS (Integrated Platform for the European Research Infrastructure on Heritage Science).

Enfin, notre équipe développe deux axes de recherche innovants afin d’illustrer les avantages de l’adhésion à l’Open Archives Initiative :

  • la classification des ressources textuelles publiées par la revue, en vue de modéliser les liens entre les thèmes archéologiques et les technologies de l’information, d’explorer les caractéristiques de l’archéologie numérique en ce début de IIIe millénaire et de proposer une taxinomie numérique utilisant des outils de traitement statistique du langage naturel (topic analysis), ainsi qu’un critère bottom up.
  • la conception d’une plateforme idéale de formation des jeunes étudiants dans le domaine de la science ouverte, au sein du « Virtual Museum of Archaeological Computing » (fig. 3), à travers une réflexion sur le rôle d’Internet comme moyen puissant pour partager la connaissance, sur l’utilité des outils interactifs et des médias sociaux dans les musées, et comme sources d’Audience Development. Les résultats de cette expérience sont publiés dans l’itinéraire multimédia « Engaging young people: social media, interactivity and museums » (fig. 4 et 5).

Bibliographie

Fromageot-Laniepce 2019 : Les pratiques de la recherche en Archéologie à l’heure du numérique : l’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Sesto Fiorentino, Archeologia e Calcolatori, Supplemento 12 : https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gardin, Roux 2004 : « The Arkeotek project: a european network of knowledge bases in the archaeology of techniques », Archeologia e Calcolatori, 15, p. 25-40 : http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF15/01_Gardin.pdf

Guimier-Sorbets 1993 : « Ouvrir à un public plus large l’accès à une information spécialisée », Colloque Data and Image processing dans Classical Archaeology, Ravello, European Centre for the Cultural Heritage, 3-4 Avril 1992, Archeologia e Calcolatori, 4, p. 281-286 (uniquement dans le volume papier).

Moscati 2018 : « Le rôle de l’Open Access dans la diffusion des résultats de la recherche scientifique: le cas de ‘Archeologia e Calcolatori’ », UISPP Journal, 1.1, p. 27-41 : https://drive.google.com/file/d/0B9v19CR-Q4oRS0tvOHJMZEQ2Nk0/view

Moscati 2019 : 30 anni di Archeologia e Calcolatori tra memoria e progettualità, Archeologia e Calcolatori, 30, p. 11-138 : http://www.archcalc.cnr.it/journal/idyear.php?IDyear=2019-01-01


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.