Tous les articles par virginief

Le temple de Karnak et les publications numériques

Alain ARNAUDIÈS
UMS 2409
Centre de Documentation de l’Institut des Civilisations du Collège de France

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

Cette journée d’étude a été l’occasion de présenter le résultat de travaux qui ont débuté dans les années 2000. Nous parlons donc d’un temps qui couvre une période quasiment « préhistorique » pour l’informatique documentaire. Les publications numériques évoquées ici ont été réalisées au sein du Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak (CFEETK) dirigé alors par François Larché et Nicolas Grimal. Pour l’égyptologie, ce dernier est aujourd’hui considéré comme le pionnier des Humanités Numériques, mais à cette époque, nous ne connaissions pas ce terme et nous appelions cela « faire de l’informatique ». Ces projets documentaires n’auraient pu voir le jour sans le travail novateur d’Antoine Chéné, photographe de l’UPR 1002 du CNRS, qui a été le premier à faire connaître la photographie numérique à Karnak.

En 2003, notre premier projet a abouti à une publication numérique diffusée sur DVD qui concerne la grande salle hypostyle de Karnak. Notre deuxième travail accompagnait la réédition papier d’un ouvrage de référence, celui de Paul Barguet sur l’exégèse du temple de Karnak, augmentée d’une édition numérique sur DVD et qui a été publiée en 2007. Notre troisième publication est un ePub sur la chapelle de Sésostris Ier, dite « chapelle Blanche », publication complètement dématérialisée et mise en ligne en 2015.

Toutes ces publications sont nées d’un projet éditorial qui a rendu nécessaire leur édition sous une forme numérique. Les différentes problématiques que nous rencontrions ne trouvaient de réponses que par l’utilisation d’un nouveau support pour l’information (fig. 1).

Fig. 1. Les publications numériques consacrées au temple de Karnak
1) La grande salle hypostyle de Karnak

La salle hypostyle est le plus grand édifice de Karnak. Elle est décorée sur tous ses murs et tous ses éléments d’architecture. Avec ses 134 colonnes, ses architraves et ses murs, dont les plus hauts atteignent près de 17 mètres, la documentation d’un monument aussi gigantesque pose plusieurs difficultés. La salle hypostyle représente un véritable défi photographique et documentaire. De multiples facteurs gênent le travail du photographe : les distorsions dues à la perspective, le manque de recul, la hauteur des scènes, la présence des colonnes, la projection des ombres portées. Ses colonnes forment comme une forêt et font obstacle à la vision d’ensemble des parois latérales (fig. 2).

Fig. 2. L’intérieur de la salle hypostyle (cliché CNRS/CFEETK —A. Chéné)

Les architraves créent des zones d’ombre qui masquent les décors des scènes. Face à ces différents problèmes, la photographie numérique apportait des solutions. Pour obtenir des vues frontales, les photographes ont travaillé sur des échafaudages pendant trois saisons au plus près des murs de la salle hypostyle. Antoine Chéné a ensuite assemblé les images comme on le ferait pour un puzzle ou une mosaïque. Le résultat de cet assemblage permet d’obtenir une image composite obtenue par le montage de centaines de photographies issues d’une série de trois prises de vues successives, faites lors de trois saisons différentes. Elles ont permis de supprimer les ombres projetées par les architraves. Cette image est hors norme, elle mesure 2,30 m. de long pour 1 m. de hauteur, elle a une résolution de 340 dpi. Elle a été réalisée en 2000 et sa taille ainsi que sa résolution sont le résultat d’un compromis imposé par les limites techniques du système d’exploitation de l’ordinateur. Un fichier ne pouvait alors dépasser la taille physique de 2 Go et nos disques durs avaient des tailles variant entre 40 et 80 Go.

Les formats traditionnels de l’imprimerie étant limités au A4 ou au A3, une publication papier faisait perdre tout l’intérêt de ces montages photographiques. Il était possible d’imaginer des posters à plier ou à rouler, mais finalement, une autre solution fut adoptée : l’édition numérique d’une base de données articulée autour d’une interface graphique.

Fig. 3.1-5. Copies d’écran du DVD de la salle hypostyle
(images CNRS/CFEETK — A. Chéné)

Le plan de la salle hypostyle est associé à des numéros issus de publications servant à identifier les différentes scènes. L’utilisateur clique sur un plan et se retrouve face aux montages numériques montrant l’état des différentes parois (fig. 3.1-4). En quelques clics, il est possible de voir précisément le détail de n’importe quelle scène, comme pour cette course à l’oiseau (fig. 3.5). Le but de ce DVD était de donner à l’utilisateur la possibilité de découvrir ce qu’il ne pouvait voir par lui-même sur le terrain. Notre objectif était donc atteint.

Ce projet a pu voir le jour grâce à un développement informatique spécifique que seul un informaticien pouvait réaliser. Éric Aubourg a programmé une application en Java, ce qui permettait de la déployer à la fois sur Mac, PC et Linux. La véritable difficulté concernait la gestion des images de très grande taille. Les performances en stockage et en calculs de nos machines imposaient des limites. Pour les contourner, Éric Aubourg a utilisé un logiciel de tuilage, au lieu de charger toute l’image en mémoire, il n’appelait que la partie visible souhaitée par l’utilisateur. Toutes les images étaitent découpées en petits rectangles et réassemblées sur demande. Elles formaient un ensemble de plus de 90 000 éléments représentant plus de 2 Go de données.

2) L’ouvrage de Paul Barguet sur Karnak

Paru en 1962, l’ouvrage de Paul Barguet reste un usuel égyptologique incontournable. Sa mise à jour a évidemment été envisagée, mais elle ne pourra être entreprise qu’après la publication de nombreux travaux qui sont encore en cours. En attendant la réalisation d’une nouvelle synthèse, l’édition électronique s’est vite imposée comme une solution innovante pour faire évoluer cet usuel en un véritable outil documentaire.

La problématique de cette publication était donc relativement simple : comment faire du neuf avec du vieux ? L’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire (IFAO) a souhaité une réédition papier que nous avons augmentée d’une édition électronique sur DVD (fig. 4.1-4). Il s’agit bien sûr d’un fac-similé de l’original, une copie qui autorise une recherche intégrale dans le texte, mais ce n’était pas le seul but recherché (fig. 4.1-2). Cette édition devait être une version multimédia donnant accès à la documentation photographique et bibliographique de l’ouvrage (fig. 4.2).

Fig. 4.1-4. Copies d’écran du temple d’Amon-Rê à Karnak

La thèse de Paul Barguet présente l’état du temple de Karnak en son temps, celui des années 1950. La documentation photographique de l’auteur, plus de 1000 clichés au format 6×6, quasiment inédite, est conservée au CFEETK. La documentation bibliographique citée en bas de page est composée d’articles de différentes revues ou d’extraits d’ouvrages. Il nous a donc semblé utile de rassembler toutes ces données essentielles à la connaissance du site sur un seul support qui ne pouvait être que numérique. Ce travail d’édition et de compilation a permis la réalisation d’un livre complètement interactif. Un clic sur les notes de bas de pages affichent les extraits d’ouvrages ou les articles complets cités par l’auteur (fig. 4.3). Des rectangles grisés signalent au lecteur les photographies prises par Barguet, et son fonds photographique sert ainsi à illustrer sa propre publication (fig. 4.4). Plusieurs index ont été créés pour mieux appréhender le contenu de l’ouvrage. Une annexe photographique de plus de 1000 clichés a été ajoutée, et pour finir, une annexe bibliographique complète le DVD de façon à faire le tour des publications qui ont servi à l’auteur. Ce livre est une publication plus austère que la précédente car il n’a pas fait l’objet d’un traitement graphique. Ce sont les pages du livre qui servent d’interface pour donner accès à toutes les ressources documentaires qu’elles mentionnent.

Ce projet prenait appui sur le format PDF et les fonctionnalités offertes par le logiciel Acrobat Pro d’Adobe. Ce projet n’a donc fait appel à aucun support informatique, ni graphique. Tous les documents d’archives qui composent cette publication sont des fichiers PDF utilisables dans les environnements Mac et PC.

3) La chapelle Blanche de Sésostris Ier

La chapelle Blanche de Sésostris Ier est un édifice du Moyen Empire qui a été démonté et placé comme remploi dans le bourrage du IIIe pylône de Karnak. C’est une pratique courante chez les Égyptiens : les anciens monuments pouvaient être remployés pour en construire de nouveaux. Quasiment tous les éléments d’architecture de cette chapelle ont été retrouvés. Grâce aux travaux d’Henri Chevrier, architecte et directeur de la mission de Karnak entre 1926 et 1954, la restitution architecturale du monument a été très vite envisagée et a abouti en 1938 à sa reconstruction (fig. 5). Ce monument en calcaire est considéré comme un chef d’œuvre de l’art égyptien, notamment pour la finesse des bas-reliefs gravés sur ses piliers. Trois publications ont paru successivement : l’étude égyptologique en 1956, son index en 1957, puis son étude architecturale et iconographique en 1969.

Fig. 5. La chapelle Blanche après sa reconstruction en 1938
(cliché CNRS/CFEETK — Archives Chevrier)

Au niveau scientifique, la documentation de cette chapelle était exemplaire. Au niveau méthodologique, il ne manquait qu’une seule chose à cette publication : la photographie. Antoine Chéné a donc repris le même procédé que pour la salle hypostyle en assemblant plusieurs clichés pour en proposer un montage, nous donnant ainsi la possibilité de voir l’intégralité des éléments d’architecture, comme les piliers, les architraves et les façades. Les assemblages des piliers mesurent tous plus d’1 m. de haut. Les images des façades mesurent 1,70 m. de large pour 1,10 m. de haut.

Cette nouvelle couverture photographique permettait de combler une lacune, puisqu’aucune photographie n’avait été utilisée dans les publications précédentes. L’édition d’un volume de planches a donc été imaginée, mais le vrai problème récurrent concernait la taille des documents photographiques qui, une fois réduit, même au format A3, perdaient tout leur intérêt. La possibilité d’aller du général au particulier en zoomant dans un même document est l’une des propriétés remarquables de la photographie numérique. Avec la chapelle Blanche, nous retrouvions les mêmes problématiques que dans les deux publications précédentes : la gestion d’une nouvelle génération de documents photographiques et le traitement d’une information ancienne, mais pas obsolète.

Comment publier et mettre à jour cette publication ? L’ePub nous a semblé être la solution la plus appropriée pour répondre à ce problème, à condition de lui donner une dimension documentaire plus importante et en lui ajoutant une problématique scientifique, avec l’étude paléographique du monument. Le but de cette publication a donc été de rassembler et de présenter toute la documentation que nous pouvions réunir sur un média électronique. La 3D a aussi été envisagée et nous souhaitions même organiser l’interface graphique autour de ce modèle, mais nous nous sommes retrouvés rapidement confrontés à des limites technologiques. Nous sommes trois auteurs pour cette publication, mais derrière, il y a un éditeur, deux graphistes, un tailleur de pierre et surtout un informaticien. Cet ePub contient en fait plusieurs volumes liés entre eux et interactifs. Le premier donne les planches photographiques composées par Antoine Chéné, le deuxième est l’étude paléographique de la chapelle faite par Nathalie Beaux et le troisième comprend un index renvoyant au monument et aux anciennes publications rééditées sous forme électronique (fig. 6.1-3).

Fig. 6.1-6. Copies d’écran de l’ePub de la chapelle Blanche

Le projet de la chapelle Blanche s’appuie sur un format standardisé, celui de l’ePub, qui intègre aussi une part de programmation en Java. Éric Aubourg a donc beaucoup contribué pour donner forme à cette publication. L’ePub ne comprend qu’un seul fichier. Il est présenté de façon imagée comme « un mini-site internet empaqueté ». Avec le traitement du modèle 3D, l’équipe a dû s’agrandir pour trouver d’autres compétences. La chapelle avait été photographiée sous toutes les coutures, y compris le toit. Un premier volume en mode filaire a donc été réalisé par Franck Burgos, tailleur de pierre au CFEETK. Un premier essai de 3D a été tenté sur un des piliers. L’idée était d’utiliser les photographies d’Antoine Chéné pour recouvrir le volume 3D. Ces données ont été confiées à deux graphistes, Jean-Jacques Lonni et Joël Bazsalicza ; qui ont ensuite créé le modèle 3D définitif, en 2007. Avec la chapelle Blanche, nous étions au maximum des technologies de notre temps, de nos compétences et de nos moyens. Le volume 3D est en fait traité en fausse 3D, les images étant appliquées comme des textures sur les éléments d’architecture (fig. 7). Là encore, la taille du modèle 3D est le résultat d’un compromis. Calculer, puis surtout manipuler un fichier 3D trop lourd n’aurait pas été possible. Son intégration dans un fichier ePub ne donnait d’ailleurs pas les résultats escomptés, nous avons même fait le choix de le mettre en ligne sur le site de Sketchfab (https://sketchfab.com/soleb). Olivier Cabon et Thierry Sarfis ont ensuite proposé une maquette pour la publication, puis Éric Aubourg a assemblé tous ces éléments (fig. 6.4-6).


Fig. 7. Modèle 3D de la chapelle Blanche (image J.-J. Lonni et J. Bazsalicza) lien pour manipuler le modèle sur le site Sketchfab
4) L’environnement numérique

Ces trois réalisations ont donc des points communs, elles brassent une quantité importante de documents de différentes natures et sont surtout à considérer comme des outils documentaires. L’archéologie est un domaine qui se prête idéalement à la publication numérique, mais c’est un genre particulier qui demande des moyens et des compétences. Ce type de projet est le plus souvent mené par une équipe. Dans notre cas, nous avions le soutien du directeur de la publication, Nicolas Grimal, qui était également le directeur scientifique de notre laboratoire. Nous avons eu le support de trois éditeurs : les Éditions Cybele, Soleb et l’Institut français d’archéologie orientale. Olivier Cabon, directeur des éditions Soleb est aussi intervenu, en tant que graphiste, avec Thierry Sarfis, puis, clef de voûte de tout projet numérique, un informaticien. Éric Aubourg, créateur du logiciel MacScribe, premier traitement de texte hiéroglyphique, est également astrophysicien et égyptologue.

Quand nous nous sommes lancés dans cette aventure, notre démarche n’était pas comprise par tout le monde et les usages de l’informatique n’étaient pas innés. Il fallait démontrer l’intérêt de ce type de projet et expliquer son fonctionnement. À chaque fois, nous avons dû réaliser des modes d’emploi pour faciliter l’utilisation de la base de données de la salle hypostyle, du logiciel Acrobat Reader pour l’usuel de Barguet ou de l’ePub de la chapelle Blanche. Cette particularité montre qu’il existait de vraies difficultés dans la conception et l’appropriation d’une publication numérique. La mise en œuvre de tels projets et leur évolution dans le temps démontrent que, comme toute chose, ils ont un début… mais aussi une fin.

5) L’obsolescence

Du temps a passé depuis ces réalisations et nous pouvons maintenant prendre un peu plus de recul et mieux cerner les enjeux et les difficultés propres aux publications numériques. Il y a évidemment l’obsolescence. En informatique, elle est forcément programmée. Elle peut être soit matérielle, soit logicielle. Nous avons ici deux publications sur DVD, support qui comme le CD, n’est plus un standard, et que nous ne pouvons donc plus lire sur les nouveaux ordinateurs. Sur Mac, les évolutions de l’OS X ont parfois provoqué des problèmes au lancement du programme de la salle hypostyle. On découvre les effets de l’obsolescence lors d’un changement d’ordinateur ou de la mise à jour du logiciel système. C’est une loi du genre, une évolution inévitable qui ne dépend pas du concepteur de projets numériques.

6) Les différents types de publications numériques sur Karnak

L’édition numérique est un ensemble plus vaste qui comporte de nombreux éléments, et pour le temple de Karnak, nous devons inclure les sites internet et les bases de données en ligne. En premier lieu, le site web du Centre Franco-Égyptien d’Étude des Temples de Karnak qui assure la diffusion de plusieurs bases de données mettant en relation la documentation iconographique et bibliographique avec l’objet archéologique (http://www.cfeetk.cnrs.fr). À l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO), Laurent Coulon et Emmanuel Jambon ont créé une base de données de référence sur les statues de la cour de la Cachette, un ensemble de plus de 700 statues découvertes entre 1903 et 1907 (https://www.ifao.egnet.net/bases/cachette).

Les publications numériques en égyptologie sont encore très rarement des livres électroniques multimédia. Les fichiers de la PAO servent à imprimer une version papier et à générer une version électronique au format PDF qui sont ensuite mis en ligne. L’IFAO est en train de faire évoluer sa politique éditoriale en proposant de combiner les genres. C’est la solution qui a été retenue pour la publication de l’ouvrage d’Hourig Sourouzian sur la statuaire royale à la XIXe dynastie. Le volume de texte est une version papier, son volume de planches est un catalogue qui n’a été édité qu’au format PDF. Il a été mis en ligne et renvoie à une base de données pour les illustrations (https://www.ifao.egnet.net/publications/catalogue/BiEtud/177). Cette publication est complètement composite et laisse entrevoir à l’avenir différentes formes d’éditions qui ne sont pas contradictoires, mais complémentaires.

Les éditions Soleb proposent des solutions entièrement dématérialisées. Les publications sont éditées au format PDF, mais elles offrent une grande part d’interactivité entre texte, index et planches. C’est ainsi qu’Olivier Cabon a traité les dernières études architecturales proposées par François Larché, L’anastylose des blocs d’Amenhotep Ier à Karnak (https://www.soleb.com/livres/amenhotep-ier/index.html). Les publications numériques évoluent et si on ne peut douter de leur avenir, on doit se rappeler qu’elles auront également un passé.

Bibliographie

Arnaudiès, A. Chéné A. 2003 : Les parois de la salle hypostyle de Karnak, Études d’égyptologie 2, Éditions Cybèle, Paris, 2003 [publication numérique sur DVD].

Barguet P. 2006-2007 : Le temple d’Amon-Rê à Karnak. Essai d’exégèse. Réimpression 2006. Augmentée d’une édition électronique, Recherches d’Archéologie, de Philologie et d’Histoire 21, Institut Français d’Archéologie Orientale, Le Caire [publication numérique sur DVD].

Arnaudiès A., Beaux B., Chéné A. 2015 : La chapelle de Sésostris Ier à Karnak, Études d’égyptologie 13, Éditions Soleb, Paris, [publication numérique en ligne] : https://www.soleb.com/livres/chapelle-blanche/index.html

visuel du webinaire

La publication archéologique en environnement numérique

Le programme ArcheoNum met en place un axe consacré à la publication numérique fondé sur l’analyse de conceptions et de réalisations d’applications, en vue de caractériser des pratiques d’édition numérique adaptées aux besoins de la communauté archéologique et d’un public plus large attiré par l’apport des technologies à la connaissance du patrimoine. Des journées d’étude réuniront divers intervenants qui travaillent sur la conception de publications scientifiques, pédagogiques ou de produits de valorisation, au sein de laboratoires et d’institutions culturelles.

Le Webinaire du Vendredi 22 janvier 2021, 10h-17h

La séance est ouverte à tous. Elle est à suivre avec l’application Zoom. Pour vous inscrire et recevoir le lien, merci de remplir ce sondage :

https://evento.renater.fr/survey/journee-d-etude-archeonum-vendredi-22-janvier-2021-0qb7pvru

La première journée d’étude donnera la parole à des concepteurs de livres qui ont investi les nouveaux supports en souhaitant développer une écriture spécifiquement numérique. Le « livre numérique » n’apparaît pas dans un environnement vierge. On peut le définir par rapport au livre traditionnel et aux autres contenus numériques (bases de données, corpus, revues et articles en ligne). Il a aussi sa spécificité liée à la publication de synthèses, de résultats originaux et à l’intégration d’archives reprises d’études anciennes. Nous pouvons attendre de ces retours d’expérience des solutions concrètes de diffusion des résultats de la recherche, des indications sur les moyens investis (institutions, financements, spécialisations professionnelles) et une attention particulière donnée aux exemples pratiques d’écritures.

A l’issue des présentations, nous pourrons discuter des besoins couverts ou à couvrir dans notre discipline et mettre en commun nos réflexions. La question de la mise à jour des contenus peut être interrogée pour qualifier ce qui convient à la communication scientifique et à la validation des résultats de la recherche. Les expériences, y compris celles encore au stade expérimental, pourront aborder les effets des technologies sur l’utilisation des informations contenues dans les publications numériques, comme la possibilité de faire référence à des textes et à des images particuliers. Les ressources déjà diffusées seront l’occasion d’interroger l’après-publication et la pérennité de ces livres pour les générations futures.

Télécharger le programme : PDF

Organisatrice

Virginie Fromageot (CNRS, ArScAn, Archéologie du monde grec et systèmes d’information) Contact : virginie.fromageot@cnrs.fr

Ce billet est aussi disponible sur le carnet Les Projets collectifs d’ArScAn : https://arscanpc.hypotheses.org/1277