Archives de catégorie : Actualités / News

Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI

La prochaine séance du programme ArcheoNum – L’archéologie dans les Humanités numériques, le vendredi 15 mars (10h-13h), sera consacrée à la réalisation et à la gestion de projets numériques visant à l’interopérabilité des données relatives à l’épigraphie et aux sceaux.

Les deux projets, présentés par Emmanuelle Morlock, Martina Filosa et Alessio Sopracasa, s’insèrent dans le Web de données grâce à l’utilisation des outils collaboratifs EpiDoc, et de son dérivé SigiDoc, tous deux fondés sur la TEI, le standard pour l’édition électronique.
EpiDoc et SigiDoc, applications et schémas libres développés par la communauté scientifique, prennent en compte les données sur l’objet étudié (support d’épigraphie ; sceau) et les inscriptions et images qu’il porte.
La séance sera aussi l’occasion de présenter exist-db, un système de gestion de base de données fondé sur XML, et EFES (EpiDoc Front End Services), la plateforme paramétrable permettant l’adaptation d’EpiDoc (SigiDoc en est un exemple).

Concilier les expertises et combiner les outils : retour d’expérience sur la conception collaborative d’une édition de sources épigraphiques

Emmanuelle Morlock (UMR5189-HiSoMa, Lyon), à propos du projet consacré à la Cachette de Karnak, exposera les questionnements et choix liés à l’édition numérique des sources, et la mise en œuvre d’applications sur exist-db.

Décliner EpiDoc/EFES pour les sceaux byzantins : SigiDoc

Martina Filosa (Université de Cologne) et Alessio Sopracasa (Université Paris-Sorbonne) présenteront, pour un projet de publication en ligne de collections de sceaux byzantins, SigiDoc et la plateforme EFES.

Affiche (pdf) : ArcheoNum-EpiTEI-affiche-light
Texte du billet (pdf) : ArcheoNum-EpiDoc-SigiDoc-15mars2019
Ce billet est aussi disponible sur le carnet Les Projets collectifs d’ArScAn : https://arscanpc.hypotheses.org/1010

  Cette séance du projet collectif ArScAn ArcheoNum est ouverte à toute personne intéressée.
  Elle aura lieu le vendredi 15 mars de 10h à 13h (accueil café 9h30)  à la MSH MAE, 2e étage, salle 211G.
  Adresse : Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès. 21, allée de l’Université, Nanterre.
  Transport : gare RER et SNCF : Nanterre Université

Séance proposée et organisée par A.-V. Szabados

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI," in ArcheoNum, 13/03/2019, https://archeonum.hypotheses.org/765.

L’analyse multidimensionnelle des données qualitatives en archéologie

Pour en savoir plus sur les principes et l’utilisation de l’analyse statistique en archéologie, le programme ArchéoNum – L’Archéologie dans les Humanités numériques (ArScAn) consacre sa séance du vendredi 25 novembre 2016 à l’analyse des données qualitatives et quantitatives en SHS, dans une approche appliquée à l’archéologie.

Bruno DESACHY, archéologue et spécialiste des analyses statistiques qualitatives et quantitatives, présentera :

L’analyse multidimensionnelle des données qualitatives
en archéologie

archeonum-anaqual-0-20160217

Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE)
Salle de cours 2 du rez-de-jardin

Vendredi 25 novembre 2016, 10h – 12h
(accueil 9h40)

 

Cette séance ne s’adresse pas qu’aux spécialistes de ces approches mais aussi aux
personnes souhaitant y être initiées.

Bruno DESACHY :
« Les outils d’analyse statistique multidimensionnelle (analyses factorielles, classifications automatiques…) ont connu depuis une quarantaine d’années, grâce à l’informatique, un large emploi dans les sciences humaines et sociales (traitement de données de sondages en sociologie et mercatique, traitement des caractères attributaires d’unités spatiales en géographie, etc.) ; cela particulièrement grâce aux techniques (analyses des correspondances simples ou multiples) permettant de traiter des caractères qualitatifs ou hétérogènes (mélanges de caractères quantitatifs tels des mesures, et de caractères qualitatifs).

Les applications pionnières de ces méthodes en archéologie sont aussi anciennes, mais elles ne sont pas beaucoup développées. Cependant, leur utilité réapparaît clairement aujourd’hui, avec l’accès maintenant gratuit et aisé à des outils logiciels autrefois chers, et avec la grande quantité de données produite par le développement de l’archéologie préventive – aussi bien au niveau des opérations de terrain (exploitation statistique des inventaires) qu’au niveau de recherches thématiques sur des données déja acquises et disponibles (notamment via les ressources documentaires en ligne).

L’analyse multidimensionnelle des données peut donc aujourd’hui prendre toute sa place dans la panoplie des outils formels de l’archéologue, en l’assistant dans ses raisonnements et en l’aidant à fonder sur une plus large assise ses interprétations chronologiques, spatiales et fonctionnelles ; cela à côté et en complément d’autres approches analytiques telle l’analyse des réseaux ; et/ou en amont d’éventuelles modélisations formelles de ces raisonnements archéologiques (modèles statistiques chronologiques ou d’organisation spatiale, modélisations multi-agents fonctionnelles, etc.). »

 

Adresse: Campus de l’Université Paris-Nanterre
21, allée de l’Université, Nanterre
(Gare RER -SNCF: Nanterre Université. http://www.mae.u-paris10.fr/infos-pratiques/)

Affiche (A4) : ArcheoNum-affiche-A4-20161114

Contact :
anne-violaine.szabados@mae.cnrs.fr
virginie.fromageot@mae.cnrs.fr

Séance proposée et organisée par A.-V. Szabados

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "L’analyse multidimensionnelle des données qualitatives en archéologie," in ArcheoNum, 14/11/2016, https://archeonum.hypotheses.org/637.