Archéologie, préhistoire, anthropologie et revues : mutations avant le numérique et le passage en ligne

Valérie TESNIÈRE
Directrice d’études de l’EHESS

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

En quoi les revues des disciplines « archéologie, préhistoire, anthropologie » peuvent-elles être l’expression des mutations de l’édition scientifique au cours du siècle passé et au XXIe siècle ? A quel type d’enjeux ou de contraintes propres au travail intellectuel lui-même ont-elles été confrontées ? Et comment ont-elles adapté la réponse éditoriale ?

1/ Questions de méthode sur l’écosystème de connaissances : publications et autres outils du travail scientifique

Le séminaire que je mène depuis une décennie à l’EHESS porte sur l’interaction des pratiques du travail scientifique avec l’activité de publication, tout particulièrement des revues. Autrement dit sur l’organisation du travail intellectuel et de l’activité scientifique à partir de l’histoire des publications du XIXe siècle à aujourd’hui. La revue en tant que forme éditoriale voit peut-être son magistère remis en cause aujourd’hui avec le numérique. La méthode d’analyse utilisée est une extension de la bibliographie matérielle, bousculant la hiérarchie classique des sources archivistiques au profit des objets éditoriaux eux-mêmes. En examinant l’objet dans sa matérialité, on y lit en effet mieux qu’ailleurs le fonctionnement d’une économie de la connaissance fondée sur le travail intellectuel collectif. Dépouiller et lire les revues conduit ainsi à privilégier ce qu’il est convenu de désigner sous le terme de paratexte (préfaces, notes…), autant pour le texte en lui-même que pour la compréhension de l’écosystème éditorial et des relations entre rédacteurs, libraires et lecteurs (prospectus, avis au lecteur…). Cela recouvre enfin d’autres types de données : la typographie, le calibrage, les formats, la structuration de la page, du fascicule, du volume, l’organisation des sommaires, le nombre de pages publiées, les illustrations, les formes éditoriales elles-mêmes, notamment les liens entre livre, encyclopédie, revue, puis plus récemment les effets de normalisation et du référencement, tous ces éléments sont autant de sources pertinentes. Ainsi pour la Revue archéologique -, l’insertion au cours du XIXe des figures gravées dans le texte, de plus en plus précises, qui remplacent progressivement les planches couleur publiées à la fin du fascicule en cahier détaché, revêt plusieurs significations : souci  d’exactitude scientifique qui tend à prédominer, mais aussi recherche dans l’appréhension visuelle de la page d’une adéquation immédiate entre texte et image. Tel est l’objectif premier d’une publication scientifique: tout mettre en œuvre pour que l’information circule et vite. La technique d’impression s’adapte au besoin qui, lui-même en retour, se précise dans un registre de scientificité croissant. La bibliographie matérielle permet de mesurer les contraintes de production éditoriale pour arriver à satisfaire un besoin de circulation dense des informations au sein de communautés données.

Nouvelle parution : V. Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique, Paris, Editions de l’EHESS, 2021

L’étude de l’évolution des sommaires de revues  montre également les priorités et les contraintes des rédactions, la vie des communautés qui animent ces foyers intellectuels et révèle des rationalités intellectuelles et économiques ayant varié dans le temps. La bibliographie matérielle met enfin en évidence les continuités ou les ruptures entre papier et numérique. En effet, l’articulation du périodique avec d’autres outils forgés par les communautés de savoir, comme les bases de données, est à prendre en compte. Une base de données n’est pas a priori une publication, elle est au départ destinée à des communautés très réduites au vu des contraintes techniques de tous ordres. Néanmoins, si l’on prend en considération l’ensemble des outils du travail intellectuel participant d’un écosystème de connaissances propre à un domaine ou une discipline, base de données et périodique ont partie liée. Les modes de production, puis les modes de diffusion de ces outils ne sont pas indépendants dans la transition entre imprimé, informatique, puis électronique.

2/ Deux études de cas : préhistoire et ethnologie

Centenaires, le Journal de la Société des américanistes (JSA, 1896-) et le Bulletin de la Société Préhistorique Française (BSPF, 1904) émanent de sociétés savantes promouvant des disciplines en marge de l’institution universitaire (l’ethnologie, la linguistique pour la 1ère et la préhistoire pour la seconde), longtemps fréquentées par des amateurs et des chercheurs professionnels. De cette alliance résulte une ligne éditoriale particulière, la première revue étant plus ouverte internationalement que la seconde qui assure jusque dans les années 1990 une mission d’irrigation d’un réseau national. L’activité de publication est centrale dans les deux sociétés. Elle ne se réduit pas à la seule revue : outre l’édition des congrès, la question de la bibliographie et des publications de travaux ou de manuels se pose dans l’un et l’autre cas.

Le Journal a connu ses heures de gloire dans les années 1930 à 1950, assurant le rayonnement des études américanistes françaises à l’international, grâce à Lucien Lévy-Bruhl, Paul Rivet, Jacques Soustelle. La politique éditoriale reste ambitieuse. Les publications de congrès sont un poste de dépense important, source de déséquilibre, mais la production de la bibliographie américaniste, à laquelle la Société est très attachée, est plus problématique. Le Journal parvient difficilement à tenir une périodicité semestrielle ; il deviendra annuel. En 1967 se pose la question de la poursuite de la bibliographie, finalement séparée de la revue, la partie linguistique revenant au CNRS. Une nouvelle crise en 1981 conduit au passage à l’offset et à une réduction des coûts : les publications peuvent continuer.Sans le soutien du CNRS (reprise de la bibliographie linguistique au moment où est mise en place une politique nationale en matière de bulletins signalétiques ; subvention de fonctionnement), sans le soutien du Musée de l’homme (locaux) et surtout sans le soutien, à la fin des années 1990, de la Maison René Ginouvès pour le personnel rédactionnel et son appui technique à la faveur du passage en ligne, les difficultés n’auraient sans doute pas été surmontées. Alors que le titre jouit d’une réputation internationale dans les milieux de la recherche, son poids est en effet faible en termes de référencement dans les bases internationales au tournant de 2000.

La Société préhistorique française n’a pas les mêmes ambitions de promotion de la science française à l’étranger. La vocation initiale depuis 1904 -et inchangée- est d’irriguer le territoire, dans la logique des remontées d’observations scientifiques du niveau local au niveau national. Elle compte 232 membres en 1907, en 1990 2 527, Français pour 80%. Les publications constituent une part majeure de son activité mais l’activité bibliographique n’y est pas centrale. Son Bulletin (BSPF) est la pièce maîtresse de l’activité éditoriale, le reste étant des actes de congrès et des mémoires. Mensuel, le Bulletin ne s’interrompt pas pendant les guerres, à la différence du JSA. En 1990, il aura publié 12 000 articles, soit 70 à 100 par an. C’est en 1950 que commencent le soutien financier régulier du CNRS et, précocement, l’intégration de recommandations éditoriales aux auteurs. La problématique n’est pas ici la raréfaction des lecteurs/contributeurs mais l’inverse : trop de manuscrits et un délai d’attente trop long pour être publié, autrement dit trop de demande par rapport aux ressources financières, jauge de la capacité de publication. Les lectorats sont mixtes: préhistoriens « amateurs » voisinent avec professionnels de la recherche archéologique. Attentive à suivre la normalisation éditoriale, la société peine cependant à professionnaliser sa rédaction, qui mêle professionnels de la recherche (musées, services régionaux d’archéologie et CNRS) et bénévoles. Comme pour le Journal de la Société des Américanistes, c’est l’appui de la Maison René Ginouvès à Nanterre qui permet de franchir en 2000 un cap tant pour le référencement international que pour le passage en ligne. Bien que publiée en français, la revue est indexée dans les principaux outils internationaux en raison des données de recherche qu’elle apporte. Après un cap critique, la mutualisation des moyens éditoriaux a permis de maintenir cette cohabitation de bénévoles et de professionnels, marque de la société, même si la part des premiers tend à baisser. La complémentarité des publications de l’ensemble du réseau, avec Gallia Préhistoire (CNRS), est assurée.

La charnière des années 1990, ou tournant numérique, est encore assez peu étudiée du point de vue de l’ensemble des publications scientifiques, qui forment un écosystème de la connaissance avec d’autres outils comme les bases de données. Le CNRS est surtout préoccupé par l’avenir de ces outils développés à partir surtout de 1970-80. L’enjeu des bibliographies, liées ou non à des revues, s’ajoute à cette problématique des bulletins signalétiques par discipline. Mais, comme pour l’Université dont ce n’est pas la mission première, le CNRS laisse aux communautés scientifiques le soin de se gouverner et de s’autoréguler. De ce point de vue, le rôle des Maisons des Sciences de l’Homme est exemplaire en termes de soutien et de mutualisation des compétences techniques éditoriales. Tout en poursuivant les travaux initiés par René Ginouvès et Anne Marie Guimier-Sorbets en matière d’informatique documentaire pour l’archéologie, le capital des revues de la MSH Mondes (ancienne Maison de l’archéologie et de l’ethnologie) a été pris en compte d’emblée, sans préjuger du mode de gouvernance des publications, ni de leur modèle économique. La stratégie globale et pragmatique de la MRG a été adaptée au défi. Elle a garanti un rayonnement adapté de la production scientifique française en archéologie et en préhistoire.

Archéologie : le tournant numérique en (re)vue

Astrid ASCHEHOUG
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial
https://orcid.org/0000-0002-0218-6932
Gaëlle COQUEUGNIOT
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial Chercheuse associée UMR Arscan
https://orcid.org/0000-0003-1483-5132
Nicolas COQUET
CNRS, USR MSH Mondes, Chargé de ressources documentaires
https://orcid.org/0000-0002-8583-6805

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

L’archéologie est en pratique liée à la démarche scientifique : produire et extraire des données, les comparer, les analyser et les publier y est une seconde nature. De plus en plus de « données » brutes y sont produites de façon nativement numérique, ce qui bouleverse les savoir-faire liés à la publication dont les standards fusionnent avec ceux du web (Fromageot-Laniepce 2019). Cette fusion des standards affecte chacune des « strates » de la publication archéologique traditionnelle où rapports et chroniques précédaient les articles avant de donner lieu à une monographie.

Or cette dernière, chronophage et complexe à produire, tend à disparaître. De fait, la communauté adopte davantage la forme « article » de revue, d’écriture plus synthétique associant des données interrogeables (cartes, bases de données…). Si bien que cette articulation entre données et résultats de synthèses se trouve au cœur des préoccupations des auteurs et des revues de la discipline, tout confrontés qu’ils sont aux standards du web.

L’archéologie concerne 9 des 15 revues du Pôle éditorial de la MSH Mondes (ex-Maison de Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès). Nées pour la plupart bien avant le web, elles sont toutes engagées dans un processus de transformation numérique, selon plusieurs modalités non exclusives (fig. 1) :

  • version numérique homothétique de la revue imprimée (interactivité limitée) : Gallica, JSTOR ou Persée mettent à disposition des facsimilés de fascicules imprimés, accompagnés de parcours de lecture simples (sommaire, figures) ;
  • double publication imprimée et numérique, au contenu identique sous deux formes différentes : sur OpenEdition Journals et Cairn, la version principale, HTML, est présentée aux côtés du PDF éditeur ;
  • revues « natives numériques », de création récente, sans version imprimée associée ;
  • revues « mixtes », qui croisent revues et données en ligne, grâce à des annexes (éléments audiovisuels ou 3D interactifs, rubriques documentaires longues souvent multi-entrées ou bases de données, cartes…) disponibles exclusivement dans des rubriques des sites web de ces revues ; elles correspondent à une transition actuelle de diversification des modes de lecture, en réponse à des besoins de la communauté archéologique exprimés depuis longtemps (Gras 1983) ; cette transition peut d’ailleurs mener à la dernière catégorie, rendue possible par le numérique ;
  • revues « augmentées », qui allient les problématiques d’indexation et de sémantisation, savoir-faire d’ingéniérie documentaire développés au sein du pôle éditorial en collaboration avec d’autres partenaires institutionnels (Allainguillaume et al. 2017, Renault et al. 2020).
Sélection de revues d’archéologie du pôle éditorial à l’ère numérique : différentes modalités de mise en œuvre, du facsimilé à l’intégration publication-données (montage : G. Coqueugniot, MSH Mondes)

De ses travaux d’expérimentation et de conception de produits numériques, le pôle éditorial de la MSH Mondes peut citer, parmi cette dernière catégorie, la revue Archéologie de la France – Informations (AdlFI) qui présente une trajectoire éditoriale singulière. AdlFI publie des notices d’opérations archéologiques menées en France. En 2017, elle se présentait comme « héritière de la revue Gallia Informations dont elle reprend les missions » et comme une « base de données ». Mémoire de l’archéologie de terrain en France, ce corpus de notices est précieux.

Dans les années 1940, le CNRS se voit en effet confier la mission d’informer la communauté scientifique des découvertes archéologiques récentes. En 1942, la revue Gallia est créée, avec deux objectifs : diffuser des synthèses et publier rapidement les premiers matériaux issus du terrain. Y cohabitent alors deux genres rédactionnels distincts : des articles de synthèse et une section « Informations » consacrée à la recension de résultats publiés dans des revues savantes.

Au milieu des années 1980, côté CNRS, à la création de la revue Gallia Informations, les chroniques régionales sont dissociées des volumes originels d’abord publiés sur papier, puis transférés sur CD-Rom en 1997. Gallia Informationsopte alors pour des requêtes multicritères qui croisent indexation thématique, chronologique et géographique des notices. Côté ministère de la Culture, les Bilans scientifiques régionaux (BSR) récemment créés font état des découvertes archéologiques de l’année. Par la suite, le projet de diffusion électronique des BSR rejoint la démarche de Gallia Informations. Ensemble, ils établissent de nouveaux protocoles de diffusion des notices dans une base de données informatique et le site Internet AdlFI naît de cette démarche en 2009. Rapidement abandonné, son contenu est transféré en 2014 sur le portail Revues.org (actuel OpenEdition Journals).

De cette mise en perspective, on retient trois éléments (fig. 2) :

  • AdlFI ne duplique pas les BSR ;
  • sa première transition numérique a consisté à transformer une revue papier en une base de données numérique aux recherches croisées et multicritères ;
  • sa seconde transition, avec le passage sur OpenEdition, a fait basculer cette base de données en une revue, à rebours du choix initial ; si cette étape a permis à une plus large audience d’avoir accès à ces connaissances, les recherches croisées qui avaient motivé la transition numérique originelle ne lui étaient en revanche plus permises.
Des « Informations » de Gallia à AdlFI (1943-2020) : choix éditoriaux, supports et formats de diffusion des notices d’opérations (DAO : N. Coquet, MSH Mondes)

AdlFI est donc bien une revue numérique et la notice archéologique, son unité éditoriale. Pour exister dans son écosystème, la notice archéologique doit être identifiée, convenablement citée et moissonnée et elle doit disposer de métadonnées spécifiques relatives à l’opération archéologique (responsable, nature, numéro, organisme qui la porte…) qui ne sont pas prises en compte par les plateformes. Un travail d’enrichissement a donc été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, OpenEdition et la revue Archéologie médiévale, pour définir le nouveau type d’unité éditoriale « notice archéologique ». Ce nouveau développement s’accompagne d’une structuration en amont des vocabulaires, pour permettre des recherches documentaires, en s’appuyant sur des formats interopérables et pérennes. En conséquence, le format XML-TEI a été adopté et a permis de connecter les notices aux thésaurus de la discipline. Ce travail de formalisation a été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, le groupement de services Frantiq et plusieurs revues d’archéologie comme GalliaGallia PréhistoireArchéologie médiévalePréhistoires méditerranéennesArchaeonauticaAntiquités africaines.

Ainsi, la mise en œuvre d’une connexion dynamique avec le thésaurus Pactols, pour leurs mots-clés, permet une indexation thématique, chronologique et géographique, selon un vocabulaire multilingue contrôlé, et un retour aux objectifs initialement voulus pour AdlFI.

AdlFI est l’illustration d’une revue qui a été réfléchie dans son interrelation avec d’autres publications. En affirmant à la fois son statut de publication scientifique et ses spécificités, elle a su faire le lien entre ses aspirations patrimoniales initiales, son oscillation entre revue et base de données et son rôle pivot dans la dynamique de lecture archéologique.


Bibliographie

Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Nouvel B., Renault S., Turkovics M.-A. 2017 : « Vers une harmonisation numérique des revues d’archéologie », poster présenté à l’occasion des 7e journées MEDICI, Dijon : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01614014v2

Fromageot-Laniepce V. 2019 : Les pratiques de la recherche en archéologie à l’heure du numérique. L’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Archeologia e calcolatori, Supplemento 12 : https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gras M. 1983 : « La publication archéologique, réflexions et propositions », Revue Archéologique, p. 337-343 : https://www.jstor.org/stable/41737061

Renault S., Nouvel B., Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Turkovics M.-A. 2020 : « Vers une harmonisation des pratiques éditoriales numériques de cinq revues françaises d’archéologie », Humanités numériques, 2 : https://journals.openedition.org/revuehn/483