Archives du mot-clé Archéo & DH

L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération : l’expérience de l’Inrap

Séance ArcheoNum du 11 juin 2018, 14H (MAE, salle 211 G)

L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération:
l’expérience de l’Inrap.

par
E. Bryas, Chargée des ressources et de l’ingénierie documentaire &
 C. Tufféry, Chargé des techniques et outils de relevés et d’enregistrement
(DST, Inrap)

 

Diaporama :

Présentation de la séance:
« Depuis une dizaine d’années, la généralisation du recours aux technologies numériques dans toutes les étapes du cycle de vie des données, modifie en profondeur le rapport des archéologues à leurs objets de connaissance et à la façon dont ceux-ci sont modélisés, encodés, nommés, organisés, stockés, publiés, diffusés, partagés, réutilisés, etc. L’Inrap suit cette évolution et y participe en matière d’archéologie préventive.

Par ses missions, l’Inrap “assure l’exploitation scientifique des opérations d’archéologie préventive et la diffusion de leurs résultats.” (extrait de l’article L523-1 du Code du patrimoine). À ce titre, il est en dépositaire de l’ensemble des rapports d’archéologie préventive. Les rapports de l’Inrap sont publiés sur la plate-forme DOLIA, le catalogue des fonds documentaires (rapports, archives de fouilles, littérature grise, etc.) et bibliothèque numérique de l’Inrap, qui comprend à ce jour environ 40 000 notices documentaires. Ce catalogage permet de caractériser et de localiser physiquement un document, mais aussi d’en décrire le contenu par un résumé et une triple indexation – géographique, chronologique et thématique – avec les thésaurus PACTOLS du réseau Frantiq. Des extraits de ces ressources numériques en ligne ont été utilisés pour le programme européen ARIADNE, déjà présenté à l’UMR ArScan en février 2017. A cette occasion, les métadonnées associées aux ressources de DOLIA ont permis d’enrichir les données archéologiques associées aux publications. Mais c’est aussi en amont que depuis une dizaine d’années, l’Inrap s’est engagé dans un programme de déploiement de plusieurs dispositifs d’acquisition de données nativement numériques sur les diagnostics et les fouilles. Il s’agit d’une part d’une centaine de tablettes durcies utilisées sur tout type d’opération et qui ont fait évoluer l’organisation du travail liée à l’usage de ces dispositifs. D’autre part, plusieurs applications d’enregistrement de données de terrain ont été développées par plusieurs agents de l’institut ou dans le cadre de collaborations avec des UMR. Mais ces applications sont souvent spécifiques à des opérations ou aux pratiques de leurs concepteurs, et elles n’ont eu que très peu le souci d’une interopérabilité technique et sémantique.

Depuis 2015, l’application EDArc est en cours de déploiement. Il s’agit de la première application qui s’appuie sur une approche générique des données de terrain et des diverses manières de pratiquer cet enregistrement sur l’ensemble des opérations d’archéologie. EDArc utilise des normes tant dans les langages informatiques utilisés (XML) que dans le recours à l’enregistrement de métadonnées dès le terrain (ISO 15836) ou encore à des thesauri comme PACTOLS et des listes de vocabulaires contrôlés (Patriarche). Enfin, EDArc a fait l’objet d’un appariement avec la norme du CIDOC CRM (ISO 21127), qui augure de la possibilité de publier les données de terrain dans le Web sémantique dès lors que des décisions seront prises sur les modalités de la publication des données d’archéologie préventive en données ouvertes. » (E. Bryas, Chr. Tufféry).

Pour en savoir plus sur ces travaux de l’Inrap et les approches et outils présentés:
– séminaire Open Access en archéologie organisé par l’Inrap le 23 mars 2017 : https://www.inrap.fr/open-archeo-open-access-et-archeologie-12252
– les Journées Interopérabilités du consortium MASA à Tours (auquel tu as participé) du 20 au 22 novembre 2017 : https://masa.hypotheses.org/481

Séance proposée et organisée par A.-V. Szabados

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération : l’expérience de l’Inrap," in ArcheoNum, 23/05/2018, https://archeonum.hypotheses.org/738.

CAA-2014-S07: Emeline Le Goff, Olivier Marlet, Xavier Rodier, Philippe Husi. The interoperability of the ArSol database (Soil Archives)

The interoperability of the ArSol database (Soil Archives)

Reflections and feedbacks experiences on the use of the CIDOC-CRM ontology and the integration of thesauri

Emeline LE GOFF
Olivier MARLET
Xavier RODIER
Philippe HUSI

 

Presentation held at the CAA2014, session Ontologies and Standards for improving Interoperability of Archaeological Data :

https://fr.slideshare.net/UMR7324/caa2014-s7-arsolcidoc

 

The structure of the Arsol database (CAA 2008, pdf): Husi_Rodier_CAA2008-ArSol


Abstract
(CAA2014):

The ArSol system (Soil Archives) was developed by the “Archéologie et Territoires” Laboratory (CNRS – Tours University) for processing archaeological data. It can be used for all stratigraphic excavations and has the dual purpose of data management and research. Since its elaboration in 1990, access to data constituted one of the priorities. The software used for the DataBase Management System (DBMS) is 4th Dimension TM (4D). It was chosen because it enables a client/server and multi-platform application and can be accessed via the internet.

 

Joining the trend of exchanges of data and interoperability of applications, ArSol will become a system in compliance with computing standards, both in its technical aspects (ontology) and semantic aspects (thesaurus). In this perspective, we are a partner of the MASA consortium (Memory of the archaeologists and the archaeological sites) which aims towards a unified access to digitized corpuses, and is interested in the CIDOC-CRM (Conceptual Reference Model of the International Committee of Documentation).

In this context, the complexity of ArSol then becomes a difficulty: as it was elaborated in order to take into account the needs for stratigraphic and artifact data as well as to the whole documentation constituting excavations archives, this system was constructed as an open system; it is flexible and above all not conditioned by the integration of predefined thesauri. Wishing not to modify the conception logic of the recording structure of ArSol which is based on the manual stratigraphic recording system in use since 1969 on excavations in Tours, it was decided to develop an additional module in order to satisfy interoperability requirements.

The first step consists in the selection of the main information included in ArSol: features and artifacts. Secondly, a stage of mapping aims to establishing the correspondences between fields necessary for the use of the CIDOC-CRM standard and the available fields in our application. In 2014, the integration of the CRM in the database ArSol will thus be realized through a module allowing to export a selection of data towards a RDF version built according to the CIDOC-CRM and structuring as well the value of fields endowed with list of values. This last operation aims at insuring a compatibility with thesauri used by the community of the Social and Human Sciences – in particular PACTOLS. Joined into the ArSol-CRM module, these reference tables will constitute a footbridge to allow outer users to reach all the connected information, listed in ArSol.

 To summarise, this paper will present our reflections as for the construction of the ArSol-CRM ontology, and the methods used to manage semantic equivalences within the framework of the compatibility with thesauri. This experience raises numerous questions around the perspectives and around the sustainability of the development of this kind of specific application, in particular in the field of archaeology. It is part of a valuation practice of the data while respecting their integrity and without forgetting their intrinsic purpose which is to answer research questions at the scale of a site or of a territory.

Emeline Le Goff, Olivier Marlet, Xavier Rodier, Philippe Husi
CNRS
UMR 7324 CITERES-LAT. Université François Rabelais, Tours