Archives par mot-clé : Archéo & DH

Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions : expériences et perspectives

La journée “Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions“, co-organisée par le programme ArcheoNum de l’UMR7041-ArScAn et par le LabEx les Passés dans le présent, se déroulera le 20 mai 2019 à partir de 9h30 au bâtiment Max Weber du Campus de l’Université Paris Nanterre, rez-de-chaussée, salle 2.
La séance est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles.

Les communications et la table ronde, qui composent cette journée, aborderont l’utilisation de la 3D et des technologies récentes de visualisation sous l’angle de leur adéquation aux problématiques de recherche et de leur utilisation dans les médiations scientifiques et culturelles. En effet, l’image numérique et la 3D sont devenues incontournables pour l’archéologie, l’histoire de l’art et, plus largement, les études du passé, notamment pour la connaissance des sites, du bâti, des décors et des artefacts. Les outils et les techniques, en évolution permanente, ont bouleversé nos approches, nos méthodes et nos limites, et apporté à la recherche une nouvelle dimension. Nombreux sont les projets de recherche étroitement articulés autour du numérique (acquisition et restitution, 3D, RTI, dispositif interactif), tant au sein du laboratoire ArScAn que dans le labex Les passés dans le présent.

Compte-tenu des problématiques et des approches, qui varient selon le thème, le sujet, la période et les objectifs, un échange et un dialogue sur ces expériences ne peuvent qu’être enrichissants et constructifs.
De nos jours, l’usage systématique du numérique dans la recherche, le questionnement sur ses apports, ses possibilités et ses limites reste impératif.
Quelles finalités attendons-nous de ces outils de travail ?
Comment se positionne la relation entre les deux mondes numérique/sciences humaines ?
Et jusqu’où peut-on aller pour la valorisation grand public de la recherche?

Pour en discuter, nous vous proposons cette journée d’étude consacrée à la 3D et au numérique pour le patrimoine, journée durant laquelle une table ronde réunira, en début d’après-midi, les participants du LabEx et d’ArScAn autour d’invités reconnus pour leur apport réflexif à ce sujet.

Organisation :
Micheline Kurdy (postdoctorante Labex Les passés dans le présent)
Anne-Violaine Szabados (UMR 7041 – ArScAn, équipe ESPRI&LIMC, ArcheoNum ; LIMC)
Mathieu Linlaud (UMR 7041 – ArScAn, équipe THEMAM ; ArcheoNum)

Contacts :
m.kurdy@parisnanterre.fr
anne-violaine.szabados@cnrs.fr

Programme

Matinée
9h30 : Anne Violaine Szabados, Introduction

10h13h : Lieux et architecture : mise en situation et restitution

  • Rozenn Douaud, La réalisation d’un dessin en 3D comme moyen de validation d’hypothèses de recherche.
  • Bastien Rueff, Hara Procopiou & Alexandre Pinto, Des outils aux activités : modéliser en trois dimensions l’espace visuel et sonore dans une ville minoenne. Enjeux et perspectives.
  • – Julie Bessenay, Haute terrasse de Tureng Tépé (Iran), programme de modélisation 3D.
    – Béatrice Muller, Le Grand Palais Royal de Mari (Syrie, début du IIe millénaire av. J.-C.) : les grands axes d’une restitution virtuelle.

Pause

  • Micheline Kurdy, L’analyse architecturale par la 3D : acquisition, restitution et représentation.
  • Laurent Costa, La Roche Guyon : chantier méthodologique / Délos : un sanctuaire antique face au numérique. Du SIG jusqu’à la restitution / Construire un écosystème numérique pour la recherche : le programme ArcheoFab – Bassin Parisien et le consortium Paris Time Machine.

Après-midi
14h-15h45 : Table ronde
Communication de Livio de Luca (MAP)
Discussion animée par Micheline Kurdy.

Pause

16h-18h : Autour de l’objet et du décor : voir et redécouvrir

  • Philippe Jockey & Virginie Fromageot, Les apports de la modélisation numérique 3D à la reconstitution du décor sculpté de la tholos de Delphes : enjeux, méthodes, questions.
  • Louise Quillien & Mustapha Djabellaoui, Présentation de la numérisation 3D du Caillou Michaux : enjeux techniques, scientifiques et patrimoniaux.
  • Anne-Violaine Szabados, Appréhender les œuvres du passé grâce à la 3D : des objets et un coffret antiques à la BnF.
  • Mathieu Linlaud, La serrure médiévale.

 

L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération : l’expérience de l’Inrap

Séance ArcheoNum du 11 juin 2018, 14H (MAE, salle 211 G)

L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération:
l’expérience de l’Inrap.

par
E. Bryas, Chargée des ressources et de l’ingénierie documentaire &
 C. Tufféry, Chargé des techniques et outils de relevés et d’enregistrement
(DST, Inrap)

 

  Pour en savoir plus sur ces travaux de l’Inrap et les approches et outils présentés :

“Depuis une dizaine d’années, la généralisation du recours aux technologies numériques dans toutes les étapes du cycle de vie des données, modifie en profondeur le rapport des archéologues à leurs objets de connaissance et à la façon dont ceux-ci sont modélisés, encodés, nommés, organisés, stockés, publiés, diffusés, partagés, réutilisés, etc. L’Inrap suit cette évolution et y participe en matière d’archéologie préventive.

Par ses missions, l’Inrap “assure l’exploitation scientifique des opérations d’archéologie préventive et la diffusion de leurs résultats.” (extrait de l’article L523-1 du Code du patrimoine). À ce titre, il est en dépositaire de l’ensemble des rapports d’archéologie préventive. Les rapports de l’Inrap sont publiés sur la plate-forme DOLIA, le catalogue des fonds documentaires (rapports, archives de fouilles, littérature grise, etc.) et bibliothèque numérique de l’Inrap, qui comprend à ce jour environ 40 000 notices documentaires. Ce catalogage permet de caractériser et de localiser physiquement un document, mais aussi d’en décrire le contenu par un résumé et une triple indexation – géographique, chronologique et thématique – avec les thésaurus PACTOLS du réseau Frantiq. Des extraits de ces ressources numériques en ligne ont été utilisés pour le programme européen ARIADNE, déjà présenté à l’UMR ArScan en février 2017. A cette occasion, les métadonnées associées aux ressources de DOLIA ont permis d’enrichir les données archéologiques associées aux publications. Mais c’est aussi en amont que depuis une dizaine d’années, l’Inrap s’est engagé dans un programme de déploiement de plusieurs dispositifs d’acquisition de données nativement numériques sur les diagnostics et les fouilles. Il s’agit d’une part d’une centaine de tablettes durcies utilisées sur tout type d’opération et qui ont fait évoluer l’organisation du travail liée à l’usage de ces dispositifs. D’autre part, plusieurs applications d’enregistrement de données de terrain ont été développées par plusieurs agents de l’institut ou dans le cadre de collaborations avec des UMR. Mais ces applications sont souvent spécifiques à des opérations ou aux pratiques de leurs concepteurs, et elles n’ont eu que très peu le souci d’une interopérabilité technique et sémantique.

Depuis 2015, l’application EDArc est en cours de déploiement. Il s’agit de la première application qui s’appuie sur une approche générique des données de terrain et des diverses manières de pratiquer cet enregistrement sur l’ensemble des opérations d’archéologie. EDArc utilise des normes tant dans les langages informatiques utilisés (XML) que dans le recours à l’enregistrement de métadonnées dès le terrain (ISO 15836) ou encore à des thesauri comme PACTOLS et des listes de vocabulaires contrôlés (Patriarche). Enfin, EDArc a fait l’objet d’un appariement avec la norme du CIDOC CRM (ISO 21127), qui augure de la possibilité de publier les données de terrain dans le Web sémantique dès lors que des décisions seront prises sur les modalités de la publication des données d’archéologie préventive en données ouvertes.” (E. Bryas, Chr. Tufféry).

Séance proposée et organisée par A.-V. Szabados

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération : l’expérience de l’Inrap," in ArcheoNum, 23/05/2018, https://archeonum.hypotheses.org/738.