Archives par mot-clé : corpus

La tholos de Delphes au défi de la publication numérique en ligne

Philippe JOCKEY
Université de Paris Nanterre
UMR ArScAn

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

Résumé en préparation

Parution par Philippe Jockey sur le sujet :

  • Le décor sculpté de la Tholos de Delphes : 119 ans après sa mise au jour, où en sommes-nous ?, Bulletin de la Société française d’archéologie classique (LI, 2019-2020), RA, fascicule 2021-1, disponible aux Presses universitaires de France, et en ligne sur la plateforme Cairn (https://www.cairn.info/revue-archeologique-2021-1.htm).

Documentation multimédia sur le projet :

 

 

Un atlas numérique des techniques de la construction romaine (ACoR)

Agnès TRICOCHE
Hélène DESSALES
au titre du consortium ACoR
CNRS – PSL Université, ENS – EPHE, Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident (AOrOc)

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

Initié en 2012, l’objectif du consortium ACoR est de développer un atlas des techniques de la construction romaine, sur un large champ géographique et chronologique. 

Ce programme a été élaboré dans le cadre du laboratoire d’excellence TransferS (programme Investissements d’avenir ANR-10-IDEX-0001-02 PSL* et ANR-10-LABX-0099), visant à étudier les transferts culturels dans la longue durée. Il a donné lieu à la création d’un consortium international, réunissant différents partenaires : en France, les laboratoires Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident (AOROC, UMR 8546, École normale supérieure – Université PSL) et l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA, USR 3155) ; en Italie, les universités de Padoue, Trente, Roma Tre et la Soprintendenza per il Colosseo, il Museo Nazionale Romano e l’area archaeologica di Roma ; en Espagne, l’Instituto de Arqueología de Merida (CSIC) et l’université de Séville. Il réunit dix spécialistes de l’architecture romaine : J. Bonetto, E. Bukowiecki, S. Camporeale, H. Dessales, M. Medri,  A. Pizzo, C. Previato, O. Rodriguez Gutierrez, M. Serlorenzi et A. Tricoche.

L’enjeu était de proposer un atlas thématique, susceptible de répondre à 4 questions :

  • Comment ? (sous quelle forme les techniques ont-elles été conçues ?)
  • Où ? (où sont-elles diffusées ?)
  • Quand ? (quand apparaissent-elles ?)
  • Pourquoi ? (quels paramètres, contexte géologique, connaissances pétrographiques, prise en compte du risque sismique, etc., les déterminent ?)

Un tel outil était jusqu’alors inédit : les seules contributions préexistantes sont limitées à des monuments spécifiques[1], tandis que la tradition historiographique sur l’architecture romaine, dans son approche des modèles, valorise davantage une création autour du centre de l’Empire, Rome, comme un foyer d’innovations par la suite diffusées à l’Italie et aux provinces[2]. Or, les études spécifiques sur des techniques ou des formes architecturales ont permis de moduler ce modèle de diffusion unilatérale, en mettant en évidence, en retour, le rôle de la « périphérie » de l’empire, soit par la création de types particuliers éventuellement introduits à Rome, soit par l’apparition, en quelque sorte simultanée, de solutions communes dans différentes régions de l’Empire, sans qu’il soit possible de déterminer un lieu initial de création.

De ce point de vue, le concept de « transfert culturel » apparaît particulièrement opérant, dans la mesure où il conduit à relativiser la notion de centre et la validité de la méthode comparative. Ainsi, bien plus que les conditions de production et de circulation des biens ayant permis la réalisation matérielle d’un édifice, ce sont avant tout les modalités d’adaptation et de réception qui sont en jeu ; elles nous permettent d’appréhender la transmission de connaissances et le rôle de vecteurs techniques et symboliques, l’architecture résultant toujours de la mobilité d’hommes, de savoirs et de matériaux.

Le programme ACoR s’est concrétisé dans la réalisation d’une base de données, qui établit un corpus de techniques, identifiées, classées et localisées dans un territoire, un site et un édifice. Elle rassemble initialement les données réunies par l’équipe, travaillant principalement en Italie, Espagne, Afrique du Nord, Turquie, puis s’étend à d’autres sites, en collaboration avec différents chercheurs et doctorants (645 notices en janvier 2021).

À l’échelle de l’édifice, la caractérisation morphologique et technique des éléments de construction obéit à la logique des étapes d’un chantier (celle adoptée par les constructeurs antiques du bâtiment), en distinguant les différentes interventions de construction : préparation du terrain, fondations, élévations, ouvertures, couvrements et couvertures, sols, structures de service et arcs (ces derniers pouvant être étudiés de façon autonome, ou en association avec une autre intervention). S’ajoute une analyse spécifique des traces de chantier, communes à la plupart des interventions.

Extrait du thésaurus pour l’indexation des techniques de la construction romaine (infographie : Arnaud Picandet).

Conçue et développée entre 2012 et 2018, la base de données se compose d’un thésaurus pour l’indexation des techniques de la construction romaine (fig. 1), d’une version de saisie et d’une version web de consultation, toutes deux hébergées par la TGIR Huma-Num, et accessibles en français, italien et anglais.

La première, accessible via un navigateur web, a été construite avec le logiciel FileMaker, Technologie WebDirect fonctionnant dans les navigateurs internet sans nécessiter l’acquisition du logiciel pour s’y connecter. Il s’agit d’un outil de travail collaboratif, mis à la disposition de tout chercheur ou étudiant qui en fait la demande. Il leur permet d’analyser et de comparer les données collectées sur le bâti dans le monde romain (fig. 2).

Exemple de fiche dans la base de données de saisie ACoR (copyright : consortium ACoR).
Exemple de recherche sur le formulaire de l’interface web de consultation publique (https://acor.huma-num.fr/) (copyright : consortium ACoR).

Le site web https://acor.huma-num.fr/, développé en PHP/MYSQL, est en libre accès et propose quant à lui quatre modes de consultation des techniques, interreliés :

  1. Un formulaire de recherche multicritères. C’est l’approche la plus complète et la plus modulaire, permettant une consultation par contexte, par type de construction, et/ou par caractéristique technique, avec la possibilité de multiplier à l’infini les critères et d’insérer des éléments de recherche libre. Le résultat est une liste de notices, chacune correspondant à l’identification et la caractérisation détaillée d’une technique de construction recensée dans un édifice, accompagnée de plans, de photographies et de graphiques (fig. 3).
  2. Une consultation par types techniques. Il s’agit d’une approche groupée par  techniques présentant des caractères communs (a minima : les matériaux de construction, les dimensions des matériaux et le type de section). Ces regroupements typologiques, qui ne s’appliquent qu’aux élévations et aux fondations, permettent la comparaison de techniques d’édifices, voire de sites éloignés les uns des autres.
  3. Une exploitation cartographique. Elle permet de connaître l’état actuel du recensement des techniques dans la base de données. Sur la carte, les cercles matérialisent les techniques de construction recensées au sein d’un même édifice ; leur couleur permet de différencier les interventions de construction, leur taille exprime la quantité de techniques localisées au même endroit.
  4. Un manuel illustré interactif. Le site présente un module de recherche sur une série de dessins des principaux éléments de caractérisation des éléments de construction. La recherche exploite les valeurs du thésaurus produit par l’équipe d’ACoR, et utilisé dans la rédaction des notices de la base de données et des légendes du manuel. Une version papier de ce manuel est en préparation : S. Camporeale, H. Dessales, et A. Tricoche (éd.), Atlante delle tecniche della costruzione romana. Manuale, Rome, à paraître (2021).

[1] Voir par exemple R. Mancini, Le mura aureliane di Roma. Atlante di un palinsesto murario, Studi e materiali dei musei e monumenti di Roma, Rome, 2002.

[2] G. Lugli, La tecnica edilizia romana: con particolare riguardo a Roma e Lazio, Rome, 1957, 2 vol.