Archives par mot-clé : édition scientifique

L’expérience des livres CD-ROM pour publier l’archéologie

Virginie FROMAGEOT
CNRS UMR ArScAn

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

La dynamique des évolutions numériques nous entraîne dans une course de vitesse que l’on peut accompagner d’une réflexion générale et historique. Cette journée de l’unité ArScAn organisée par le projet collectif « L’archéologie dans les humanités numériques » (ArcheoNum) a ainsi permis d’aborder des publications récentes, en ligne, et d’autres, plus anciennes, de la fin du XXe siècle, réalisées hors ligne. Le CD-ROM sera au cœur de mon propos, car certaines publications multimédias françaises des années 2000 ont éveillé ma curiosité au cours de recherches sur l’histoire de la publication électronique (Fromageot-Laniepce 2019). En me plaçant à la croisée de l’histoire de l’art, de l’archéologie et des humanités numériques, je dresserai un bilan succinct de l’utilisation de ces supports et des contenus diffusés. Après cette redécouverte, j’ouvrirai mon propos aux évolutions des publications numériques en archéologie.

Avant le CD-ROM, des supports électroniques ont été introduits dans les musées, les bibliothèques et les centres de documentation, pour initier des usages multimédias originaux. Je les connaissais de mes années d’étudiante quand j’étais stagiaire au sein du Centre de recherche « Archéologie et systèmes d’information » du CNRS et de l’Université Paris-X à l’époque (actuellement, Université de Paris-Nanterre). Professeure et directrice de ce centre, Anne-Marie Guimier-Sorbets était en première ligne pour l’élaboration de systèmes archéologiques multimédias, à la suite des travaux pionniers de René Ginouvès (1926-1994) sur l’application des banques de données documentaires en archéologie classique. Elle avait conçu dès 1984 le premier vidéodisque interactif pour l’archéologie en exploitant ce disque analogique, d’un diamètre de 30 cm, inscriptible une fois à partir d’une matrice et reproductible à un faible coût, pouvant stocker au maximum 54.000 images par face, à raison d’une image par piste. Elle avait mis en relation ce dispositif avec des photothèques spécialisées et trois bases de données analysant des corpus archéologiques qui ont paru beaucoup plus intéressantes parce qu’elles associaient des images commentées (Ginouvès 1986). Elle avait continué à investir ce domaine en réunissant, avec un caractère systématique, quelques vidéodisques, puis de nombreux CD-ROM du domaine culturel, afin de qualifier les stratégies éditoriales et l’appropriation par le public de ces produits multimédias (Guimier-Sorbets 1999).

Devenue « Archéologie du monde grec et systèmes d’information », cette même équipe, dirigée par Philippe Jockey, m’a ouvert les portes de ses archives et j’ai eu accès à soixante-dix disques. Je m’en suis tenue au cadre français en sélectionnant des produits hybrides combinant livres et CD-ROM, conçus à des fins de publication et de diffusion de corpus archéologiques à l’intention de divers publics. Introduit aux États-Unis en 1984, le CD-ROM se présentait comme un disque, d’un diamètre de 12 cm, plus compact que les disques précédents, plus durable que bandes et disquettes et pouvant contenir fichiers multimédias et programmes informatiques gravés numériquement une seule fois ; d’où son nom de Compact Disk – Read Only Memory. Le matériel de lecture avait été breveté par la société américaine IBM et quand les utilisateurs s’équipèrent à un coût modéré, le catalogue des produits multimédias à thématique culturelle devint mondial et connu un vif succès. Complémentaire d’un livre physique, le disque optique compact a ouvert des possibilités de consultation assistée par ordinateur et pour l’archéologie, de valorisation des données par la publication plus complète de la documentation. Les ordinateurs des années 1990, comme le Mac Performa 5200CD, avaient été jetés et j’ai cherché des solutions de lecture : un PC récent sous Windows 10 a été le meilleur choix, après quelques échecs sur Mac sous un système High Sierra 10.13, puis sur un ancien PowerBook Pro G4/PowerPC sous le système 10.6. Cette gestion m’a permis d’analyser les contenus et les scénarios interactifs de ces anciens produits de l’édition multimédia.

J’ai sélectionné trois exemples que je présente par ordre de parution :

1) Valentine Roux (dir.), Cornaline de l’Inde : des pratiques techniques de Cambay aux techno-systèmes de l’Indus, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme et éditions Épistèmes, 2000, édition bilingue français anglais, 1 vol. (545 p.) : ill., cartes, et un CD-Rom sous la dir. de Valentine Roux, Philippe Blasco : ill. coul., son, vidéos (Fig. 1).

Fig. 1 : Cornaline de l’Inde, couverture de la pochette cartonnée du CD-ROM.

Valentine Roux a conçu ce CD-ROM selon l’épistémologie logiciste de Jean-Claude Gardin (1925-2013) qui préconisait une présentation de la publication archéologique, selon une construction logique permettant de mettre en évidence le processus d’interprétation d’un archéologue. La publication réunissait l’analyse de corpus expérimentaux et ethnographiques sur le travail des perles réalisé dans la ville de Cambay (Gujarat, Inde) et la construction de référentiels pour l’identification et la caractérisation des vestiges préhistoriques. La forme de l’hypertexte sur le CD-ROM permettait aux anthropologues spécialistes des techniques, de naviguer des données aux « propositions » et de circuler ainsi dans la trame de l’argumentation. Nous donnons l’exemple de l’introduction au référentiel sur les techniques de taille (Fig. 2).

Fig. 2 : Cornaline de l’Inde, copie d’écran du CD-ROMen 2021 sur PC/Windows 10 : structure du chapitre sur la taille des perles ; cet écran n’a pas été recadré.

2) Philippe Fleury (dir.), La Rome antique : plan relief et reconstitution virtuelle, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, 1 vol. (267 p.) : ill. en noir et blanc, en coul. et un CD-ROM : ill. coul., son, plans (Fig. 3).

Fig. 3 : La Rome antique, couverture de l’ouvrage.

La maquette de Rome antique de Paul Bigot (1870-1942), instrument d’enseignement de la topographie et de l’urbanisme romains, était présentée à l’écran, après sa première exposition vers 1945, à l’université de Caen. Le Centre interdisciplinaire de Réalité Virtuelle de l’université poursuivait les objectifs pédagogiques de ces prédécesseurs. À travers une consultation proche de celle d’une borne interactive, les utilisateurs, étudiants, élèves, lecteurs, pouvait appeler des plans interactifs, en les composant en fonction de nombreux modes d’accès. Sans même connaître ni le langage documentaire, ni l’interrogation d’une base de données, il sélectionnait un parcours selon les types d’ensembles, les critères chronologiques ou topographiques et il pouvait facilement opérer d’autres sélections (Fig. 4).

Fig. 4 : La Rome antique, copie d’écran du CD-ROM en 2021 sur PC/Windows 10 : plan interactif des monuments de la période républicaine ; cet écran n’a pas été recadré.

3) Laurent Bricault (dir.), Sylloge nummorum religionis Isiacae et Sarapiacae, SNRIS, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2008, 1 vol. (347 p.), cartes, ill. et un CD-Rom : ill. en noir et blanc et en coul., base de données (Fig. 5).

Fig. 5 : Sylloge nummorum religionis Isiacae et Sarapiacae (SNRIS), couverture de l’ouvrage et CD-ROM conjoint.

Ce CD-ROM assurait la consultation d’un catalogue des monnaies qui ont diffusé des représentations des divinités égyptiennes Isis et Sarapis dans le monde méditerranéen antique. Le concept des éditeurs était de réduire le nombre de pages imprimées de cette publication en compensant par le CD-ROM associé. Les spécialistes, numismates, archéologues, historiens disposaient du langage de description des monnaies mis au point et de l’interrogation de cette base de données sous le logiciel Filemaker 8.5 runtime qui s’exécutait depuis le disque, sans avoir été installé sur la machine des utilisateurs. L’environnement de consultation de cette base comprenait aussi l’accès aux images du répertoire iconographique et la police grecque LEGGRF (Fig. 6).

Fig. 6 : SNRIS, copies d’écran du CD-ROM en 2021 sur Mac/High Sierra 10.13 : à gauche, enregistrement du type monétaire représentant Sarapis coiffé du calathos au revers de monnaies impériales émises à Alexandrie dans la base de données ; à droite, navigation dans le répertoire iconographique jusqu’à l’image associée.

Ces produits attestent la réussite des auteurs et des éditeurs à réunir des contenus riches et de qualité, à travailler avec des spécialistes de la réalisation et de l’infographie pour produire une interface de consultation innovante, à construire un budget à l’équilibre. Ils firent part de la réduction des coûts de pressage et d’expédition par rapport aux frais de reproduction et d’affranchissement d’équivalents papier (Arcelin 1996, p. 30-31). Ce modèle d’édition a suscité des controverses, quand certains membres de la communauté archéologique ont invoqué les coûts, les mésusages ou la faible pérennité des supports. De plus, conserver le principe de l’hybride ne simplifia pas les protocoles en cumulant les inconvénients des deux supports ; par exemple, la collection logiciste avait été inaugurée par la combinaison d’un ouvrage de 540 pages et d’une réalisation sur CD-ROM ambitieuse. Par la suite, les éditeurs de cette collection firent un choix plus réaliste de volumes imprimés considérablement allégés.

Le « crépuscule » des CD-ROM est venu de l’augmentation de la taille des données qui se posait d’emblée pour les photographies de bonne définition et pour les films, si bien que les produits ont évolué vers les DVD, des disques de 12 cm de plus grande capacité de stockage, mais restant compatibles, préparés depuis 1992. La floraison des publications hors ligne a laissé place à une politique de conservation faible et souvent inadaptée. Le travail de Valentine Roux a été exemplaire sur la pérennité numérique, puisqu’elle choisit une démarche de réédition sur le réseau, lorsqu’elle fonda la revue en ligne Arkeotek (www.thearkeotekjournal.org ; Gardin, Roux 2004).

L’évolution vers l’édition en ligne s’est depuis généralisée, d’abord avec la conversion des revues, ensuite celle des ouvrages, par les technologies du streaming, la diffusion en continu de contenus numériques depuis des plateformes situées partout dans le monde et la possibilité de les télécharger du cloud sur nos ordinateurs, tablettes, liseuses ou téléphones. Signalons que la conversion du volume imprimé de la publication de V. Roux a été produite en 2017 (http://books.openedition.org/editionsmsh/8706). G. Berry, informaticien de l’INRIA et professeur au Collège de France, a rappelé dans son livre L’Hyperpuissance de l’informatique que le livre physique résiste : « Pour le livre, les technologies numériques ont d’abord remplacé les anciennes, sans d’ailleurs changer ni la forme ni l’aspect des livres physiques. Mais elles ont aussi permis de nouveaux usages complémentaires. Par exemple, les livres numériques sur liseuses ou tablettes sont bien pratiques pour les voyageurs, même s’ils sont loin de remplacer totalement les livres papier » (Berry 2017, p. 57-58).

En effet, la réflexion sur des modes récents de transmission n’empêche pas le maintien de technologies mixtes. C’est encore le cas de l’exposition Pompéi, promenade immersive, trésors archéologiques, nouvelles découvertes, organisée par la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais et la société Gédéon Programmes, en partenariat avec le Parc archéologique de Pompéi et présentée à Paris en 2020. La cellule éditoriale a maintenu un catalogue imprimé associé à une édition augmentée sur smartphone. L’intérêt de cette formule tient à la valorisation de la production audiovisuelle de Gédéon : reportages, reconstitutions virtuelles et une manipulation en réalité augmentée d’une statue de Livie faisant apparaître sa tenue, son diadème ainsi que ses couleurs restaurées d’après les traces retrouvées sur le marbre. Le livre physique est indispensable car le lecteur repère des pictogrammes qu’il scanne avec son téléphone pour charger les contenus additionnels.

On peut, pour conclure, rendre hommage aux travaux précurseurs qui ont produit une interactivité originale, initiée par un dialogue établi entre éditeurs et réalisateurs, entre éditeurs, auteurs et lecteurs. D’ailleurs, des travaux récents appellent encore de leurs vœux ce genre d’approche. Olivier Le Deuff, maître de conférences en sciences de l’information à l’université de Bordeaux Montaigne, a écrit récemment : « les humanités digitales rejoignent les travaux qui permettent de sortir de la linéarité du texte, pour proposer d’autres modes de lecture et de consultation qui associent étroitement organisation des connaissances et recherche d’informations » (Le Deuff 2017, p. 35). L’aventure continue…

Bibliographie :

Arcelin P. 1996 : « Vers une édition multimédia en archéologie », Archeologia e Calcolatori, 7, p. 1147-1156, http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF7/99_Arcelin.pdf

Berry G. 2017 : L’hyperpuissance de l’informatique : algorithmes, données, machines, réseaux, Paris.

Fromageot-Laniepce V. 2019 : Les pratiques de la recherche en Archéologie à l’heure du numérique : l’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Sesto Fiorentino, Archeologia e Calcolatori, Supplemento 12, https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gardin J.-C., Roux V. 2004 : « The Arkeotek project: a european network of knowledge bases in the archaeology of techniques », Archeologia e Calcolatori, 15, p. 25-40, http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF15/01_Gardin.pdf

Ginouvès R. 1986 : «  ‘Images de l’archéologie’ un premier vidéodisque pour l’archéologie classique », Revue Archéologique, p. 227‑234, http://www.jstor.org/stable/41736373.

Guimier-Sorbets A.-M. 1999 : « Des bases de données à la publication électronique : une intégration des données et des outils de recherche », Archeologia e Calcolatori, 10, p. 101-115, http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF10/10_08_Guimier_Sorbets.pdf

Le Deuff O. 2017 : Les humanités digitales : historique et développements, Londres.

Archéologie, préhistoire, anthropologie et revues : mutations avant le numérique et le passage en ligne

Valérie TESNIÈRE
Directrice d’études de l’EHESS

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

En quoi les revues des disciplines « archéologie, préhistoire, anthropologie » peuvent-elles être l’expression des mutations de l’édition scientifique au cours du siècle passé et au XXIe siècle ? A quel type d’enjeux ou de contraintes propres au travail intellectuel lui-même ont-elles été confrontées ? Et comment ont-elles adapté la réponse éditoriale ?

1/ Questions de méthode sur l’écosystème de connaissances : publications et autres outils du travail scientifique

Le séminaire que je mène depuis une décennie à l’EHESS porte sur l’interaction des pratiques du travail scientifique avec l’activité de publication, tout particulièrement des revues. Autrement dit sur l’organisation du travail intellectuel et de l’activité scientifique à partir de l’histoire des publications du XIXe siècle à aujourd’hui. La revue en tant que forme éditoriale voit peut-être son magistère remis en cause aujourd’hui avec le numérique. La méthode d’analyse utilisée est une extension de la bibliographie matérielle, bousculant la hiérarchie classique des sources archivistiques au profit des objets éditoriaux eux-mêmes. En examinant l’objet dans sa matérialité, on y lit en effet mieux qu’ailleurs le fonctionnement d’une économie de la connaissance fondée sur le travail intellectuel collectif. Dépouiller et lire les revues conduit ainsi à privilégier ce qu’il est convenu de désigner sous le terme de paratexte (préfaces, notes…), autant pour le texte en lui-même que pour la compréhension de l’écosystème éditorial et des relations entre rédacteurs, libraires et lecteurs (prospectus, avis au lecteur…). Cela recouvre enfin d’autres types de données : la typographie, le calibrage, les formats, la structuration de la page, du fascicule, du volume, l’organisation des sommaires, le nombre de pages publiées, les illustrations, les formes éditoriales elles-mêmes, notamment les liens entre livre, encyclopédie, revue, puis plus récemment les effets de normalisation et du référencement, tous ces éléments sont autant de sources pertinentes. Ainsi pour la Revue archéologique -, l’insertion au cours du XIXe des figures gravées dans le texte, de plus en plus précises, qui remplacent progressivement les planches couleur publiées à la fin du fascicule en cahier détaché, revêt plusieurs significations : souci  d’exactitude scientifique qui tend à prédominer, mais aussi recherche dans l’appréhension visuelle de la page d’une adéquation immédiate entre texte et image. Tel est l’objectif premier d’une publication scientifique: tout mettre en œuvre pour que l’information circule et vite. La technique d’impression s’adapte au besoin qui, lui-même en retour, se précise dans un registre de scientificité croissant. La bibliographie matérielle permet de mesurer les contraintes de production éditoriale pour arriver à satisfaire un besoin de circulation dense des informations au sein de communautés données.

Nouvelle parution : V. Tesnière, Au bureau de la revue. Une histoire de la publication scientifique, Paris, Editions de l’EHESS, 2021

L’étude de l’évolution des sommaires de revues  montre également les priorités et les contraintes des rédactions, la vie des communautés qui animent ces foyers intellectuels et révèle des rationalités intellectuelles et économiques ayant varié dans le temps. La bibliographie matérielle met enfin en évidence les continuités ou les ruptures entre papier et numérique. En effet, l’articulation du périodique avec d’autres outils forgés par les communautés de savoir, comme les bases de données, est à prendre en compte. Une base de données n’est pas a priori une publication, elle est au départ destinée à des communautés très réduites au vu des contraintes techniques de tous ordres. Néanmoins, si l’on prend en considération l’ensemble des outils du travail intellectuel participant d’un écosystème de connaissances propre à un domaine ou une discipline, base de données et périodique ont partie liée. Les modes de production, puis les modes de diffusion de ces outils ne sont pas indépendants dans la transition entre imprimé, informatique, puis électronique.

2/ Deux études de cas : préhistoire et ethnologie

Centenaires, le Journal de la Société des américanistes (JSA, 1896-) et le Bulletin de la Société Préhistorique Française (BSPF, 1904) émanent de sociétés savantes promouvant des disciplines en marge de l’institution universitaire (l’ethnologie, la linguistique pour la 1ère et la préhistoire pour la seconde), longtemps fréquentées par des amateurs et des chercheurs professionnels. De cette alliance résulte une ligne éditoriale particulière, la première revue étant plus ouverte internationalement que la seconde qui assure jusque dans les années 1990 une mission d’irrigation d’un réseau national. L’activité de publication est centrale dans les deux sociétés. Elle ne se réduit pas à la seule revue : outre l’édition des congrès, la question de la bibliographie et des publications de travaux ou de manuels se pose dans l’un et l’autre cas.

Le Journal a connu ses heures de gloire dans les années 1930 à 1950, assurant le rayonnement des études américanistes françaises à l’international, grâce à Lucien Lévy-Bruhl, Paul Rivet, Jacques Soustelle. La politique éditoriale reste ambitieuse. Les publications de congrès sont un poste de dépense important, source de déséquilibre, mais la production de la bibliographie américaniste, à laquelle la Société est très attachée, est plus problématique. Le Journal parvient difficilement à tenir une périodicité semestrielle ; il deviendra annuel. En 1967 se pose la question de la poursuite de la bibliographie, finalement séparée de la revue, la partie linguistique revenant au CNRS. Une nouvelle crise en 1981 conduit au passage à l’offset et à une réduction des coûts : les publications peuvent continuer.Sans le soutien du CNRS (reprise de la bibliographie linguistique au moment où est mise en place une politique nationale en matière de bulletins signalétiques ; subvention de fonctionnement), sans le soutien du Musée de l’homme (locaux) et surtout sans le soutien, à la fin des années 1990, de la Maison René Ginouvès pour le personnel rédactionnel et son appui technique à la faveur du passage en ligne, les difficultés n’auraient sans doute pas été surmontées. Alors que le titre jouit d’une réputation internationale dans les milieux de la recherche, son poids est en effet faible en termes de référencement dans les bases internationales au tournant de 2000.

La Société préhistorique française n’a pas les mêmes ambitions de promotion de la science française à l’étranger. La vocation initiale depuis 1904 -et inchangée- est d’irriguer le territoire, dans la logique des remontées d’observations scientifiques du niveau local au niveau national. Elle compte 232 membres en 1907, en 1990 2 527, Français pour 80%. Les publications constituent une part majeure de son activité mais l’activité bibliographique n’y est pas centrale. Son Bulletin (BSPF) est la pièce maîtresse de l’activité éditoriale, le reste étant des actes de congrès et des mémoires. Mensuel, le Bulletin ne s’interrompt pas pendant les guerres, à la différence du JSA. En 1990, il aura publié 12 000 articles, soit 70 à 100 par an. C’est en 1950 que commencent le soutien financier régulier du CNRS et, précocement, l’intégration de recommandations éditoriales aux auteurs. La problématique n’est pas ici la raréfaction des lecteurs/contributeurs mais l’inverse : trop de manuscrits et un délai d’attente trop long pour être publié, autrement dit trop de demande par rapport aux ressources financières, jauge de la capacité de publication. Les lectorats sont mixtes: préhistoriens « amateurs » voisinent avec professionnels de la recherche archéologique. Attentive à suivre la normalisation éditoriale, la société peine cependant à professionnaliser sa rédaction, qui mêle professionnels de la recherche (musées, services régionaux d’archéologie et CNRS) et bénévoles. Comme pour le Journal de la Société des Américanistes, c’est l’appui de la Maison René Ginouvès à Nanterre qui permet de franchir en 2000 un cap tant pour le référencement international que pour le passage en ligne. Bien que publiée en français, la revue est indexée dans les principaux outils internationaux en raison des données de recherche qu’elle apporte. Après un cap critique, la mutualisation des moyens éditoriaux a permis de maintenir cette cohabitation de bénévoles et de professionnels, marque de la société, même si la part des premiers tend à baisser. La complémentarité des publications de l’ensemble du réseau, avec Gallia Préhistoire (CNRS), est assurée.

La charnière des années 1990, ou tournant numérique, est encore assez peu étudiée du point de vue de l’ensemble des publications scientifiques, qui forment un écosystème de la connaissance avec d’autres outils comme les bases de données. Le CNRS est surtout préoccupé par l’avenir de ces outils développés à partir surtout de 1970-80. L’enjeu des bibliographies, liées ou non à des revues, s’ajoute à cette problématique des bulletins signalétiques par discipline. Mais, comme pour l’Université dont ce n’est pas la mission première, le CNRS laisse aux communautés scientifiques le soin de se gouverner et de s’autoréguler. De ce point de vue, le rôle des Maisons des Sciences de l’Homme est exemplaire en termes de soutien et de mutualisation des compétences techniques éditoriales. Tout en poursuivant les travaux initiés par René Ginouvès et Anne Marie Guimier-Sorbets en matière d’informatique documentaire pour l’archéologie, le capital des revues de la MSH Mondes (ancienne Maison de l’archéologie et de l’ethnologie) a été pris en compte d’emblée, sans préjuger du mode de gouvernance des publications, ni de leur modèle économique. La stratégie globale et pragmatique de la MRG a été adaptée au défi. Elle a garanti un rayonnement adapté de la production scientifique française en archéologie et en préhistoire.