Archives par mot-clé : interopérabilité

Archéologie : le tournant numérique en (re)vue

Astrid ASCHEHOUG
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial
https://orcid.org/0000-0002-0218-6932
Gaëlle COQUEUGNIOT
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial Chercheuse associée UMR Arscan
https://orcid.org/0000-0003-1483-5132
Nicolas COQUET
CNRS, USR MSH Mondes, Chargé de ressources documentaires
https://orcid.org/0000-0002-8583-6805

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

L’archéologie est en pratique liée à la démarche scientifique : produire et extraire des données, les comparer, les analyser et les publier y est une seconde nature. De plus en plus de « données » brutes y sont produites de façon nativement numérique, ce qui bouleverse les savoir-faire liés à la publication dont les standards fusionnent avec ceux du web (Fromageot-Laniepce 2019). Cette fusion des standards affecte chacune des « strates » de la publication archéologique traditionnelle où rapports et chroniques précédaient les articles avant de donner lieu à une monographie.

Or cette dernière, chronophage et complexe à produire, tend à disparaître. De fait, la communauté adopte davantage la forme « article » de revue, d’écriture plus synthétique associant des données interrogeables (cartes, bases de données…). Si bien que cette articulation entre données et résultats de synthèses se trouve au cœur des préoccupations des auteurs et des revues de la discipline, tout confrontés qu’ils sont aux standards du web.

L’archéologie concerne 9 des 15 revues du Pôle éditorial de la MSH Mondes (ex-Maison de Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès). Nées pour la plupart bien avant le web, elles sont toutes engagées dans un processus de transformation numérique, selon plusieurs modalités non exclusives (fig. 1) :

  • version numérique homothétique de la revue imprimée (interactivité limitée) : Gallica, JSTOR ou Persée mettent à disposition des facsimilés de fascicules imprimés, accompagnés de parcours de lecture simples (sommaire, figures) ;
  • double publication imprimée et numérique, au contenu identique sous deux formes différentes : sur OpenEdition Journals et Cairn, la version principale, HTML, est présentée aux côtés du PDF éditeur ;
  • revues « natives numériques », de création récente, sans version imprimée associée ;
  • revues « mixtes », qui croisent revues et données en ligne, grâce à des annexes (éléments audiovisuels ou 3D interactifs, rubriques documentaires longues souvent multi-entrées ou bases de données, cartes…) disponibles exclusivement dans des rubriques des sites web de ces revues ; elles correspondent à une transition actuelle de diversification des modes de lecture, en réponse à des besoins de la communauté archéologique exprimés depuis longtemps (Gras 1983) ; cette transition peut d’ailleurs mener à la dernière catégorie, rendue possible par le numérique ;
  • revues « augmentées », qui allient les problématiques d’indexation et de sémantisation, savoir-faire d’ingéniérie documentaire développés au sein du pôle éditorial en collaboration avec d’autres partenaires institutionnels (Allainguillaume et al. 2017, Renault et al. 2020).
Sélection de revues d’archéologie du pôle éditorial à l’ère numérique : différentes modalités de mise en œuvre, du facsimilé à l’intégration publication-données (montage : G. Coqueugniot, MSH Mondes)

De ses travaux d’expérimentation et de conception de produits numériques, le pôle éditorial de la MSH Mondes peut citer, parmi cette dernière catégorie, la revue Archéologie de la France – Informations (AdlFI) qui présente une trajectoire éditoriale singulière. AdlFI publie des notices d’opérations archéologiques menées en France. En 2017, elle se présentait comme « héritière de la revue Gallia Informations dont elle reprend les missions » et comme une « base de données ». Mémoire de l’archéologie de terrain en France, ce corpus de notices est précieux.

Dans les années 1940, le CNRS se voit en effet confier la mission d’informer la communauté scientifique des découvertes archéologiques récentes. En 1942, la revue Gallia est créée, avec deux objectifs : diffuser des synthèses et publier rapidement les premiers matériaux issus du terrain. Y cohabitent alors deux genres rédactionnels distincts : des articles de synthèse et une section « Informations » consacrée à la recension de résultats publiés dans des revues savantes.

Au milieu des années 1980, côté CNRS, à la création de la revue Gallia Informations, les chroniques régionales sont dissociées des volumes originels d’abord publiés sur papier, puis transférés sur CD-Rom en 1997. Gallia Informationsopte alors pour des requêtes multicritères qui croisent indexation thématique, chronologique et géographique des notices. Côté ministère de la Culture, les Bilans scientifiques régionaux (BSR) récemment créés font état des découvertes archéologiques de l’année. Par la suite, le projet de diffusion électronique des BSR rejoint la démarche de Gallia Informations. Ensemble, ils établissent de nouveaux protocoles de diffusion des notices dans une base de données informatique et le site Internet AdlFI naît de cette démarche en 2009. Rapidement abandonné, son contenu est transféré en 2014 sur le portail Revues.org (actuel OpenEdition Journals).

De cette mise en perspective, on retient trois éléments (fig. 2) :

  • AdlFI ne duplique pas les BSR ;
  • sa première transition numérique a consisté à transformer une revue papier en une base de données numérique aux recherches croisées et multicritères ;
  • sa seconde transition, avec le passage sur OpenEdition, a fait basculer cette base de données en une revue, à rebours du choix initial ; si cette étape a permis à une plus large audience d’avoir accès à ces connaissances, les recherches croisées qui avaient motivé la transition numérique originelle ne lui étaient en revanche plus permises.
Des « Informations » de Gallia à AdlFI (1943-2020) : choix éditoriaux, supports et formats de diffusion des notices d’opérations (DAO : N. Coquet, MSH Mondes)

AdlFI est donc bien une revue numérique et la notice archéologique, son unité éditoriale. Pour exister dans son écosystème, la notice archéologique doit être identifiée, convenablement citée et moissonnée et elle doit disposer de métadonnées spécifiques relatives à l’opération archéologique (responsable, nature, numéro, organisme qui la porte…) qui ne sont pas prises en compte par les plateformes. Un travail d’enrichissement a donc été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, OpenEdition et la revue Archéologie médiévale, pour définir le nouveau type d’unité éditoriale « notice archéologique ». Ce nouveau développement s’accompagne d’une structuration en amont des vocabulaires, pour permettre des recherches documentaires, en s’appuyant sur des formats interopérables et pérennes. En conséquence, le format XML-TEI a été adopté et a permis de connecter les notices aux thésaurus de la discipline. Ce travail de formalisation a été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, le groupement de services Frantiq et plusieurs revues d’archéologie comme GalliaGallia PréhistoireArchéologie médiévalePréhistoires méditerranéennesArchaeonauticaAntiquités africaines.

Ainsi, la mise en œuvre d’une connexion dynamique avec le thésaurus Pactols, pour leurs mots-clés, permet une indexation thématique, chronologique et géographique, selon un vocabulaire multilingue contrôlé, et un retour aux objectifs initialement voulus pour AdlFI.

AdlFI est l’illustration d’une revue qui a été réfléchie dans son interrelation avec d’autres publications. En affirmant à la fois son statut de publication scientifique et ses spécificités, elle a su faire le lien entre ses aspirations patrimoniales initiales, son oscillation entre revue et base de données et son rôle pivot dans la dynamique de lecture archéologique.


Bibliographie

Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Nouvel B., Renault S., Turkovics M.-A. 2017 : « Vers une harmonisation numérique des revues d’archéologie », poster présenté à l’occasion des 7e journées MEDICI, Dijon : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01614014v2

Fromageot-Laniepce V. 2019 : Les pratiques de la recherche en archéologie à l’heure du numérique. L’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Archeologia e calcolatori, Supplemento 12 : https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gras M. 1983 : « La publication archéologique, réflexions et propositions », Revue Archéologique, p. 337-343 : https://www.jstor.org/stable/41737061

Renault S., Nouvel B., Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Turkovics M.-A. 2020 : « Vers une harmonisation des pratiques éditoriales numériques de cinq revues françaises d’archéologie », Humanités numériques, 2 : https://journals.openedition.org/revuehn/483

Un ‘repository’ en libre accès pour les sciences du patrimoine : un nouveau défi

Paola MOSCATI
Directrice de recherche au CNR, Istituto per le Scienze del Patrimonio Culturale

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

La relation entre le domaine de l’archéologie numérique et les nouvelles tendances inaugurées par le mouvement de la science ouverte a récemment transformé les modes de diffusion de la connaissance scientifique. Nos recherches, conduites en Italie auprès du CNR, depuis plus de trente ans, se fondent à la fois sur les questions historiographiques et sur l’actualité de la recherche en archéologie et reposent sur deux postulats :

  1. l’objectif de chaque expérimentation doit être la reconstruction historique ;
  2. les résultats de la recherche publique doivent toujours revenir à la communauté.

L’expérience d’Archeologia e Calcolatori a été choisie comme exemple d’une revue scientifique internationale, en libre accès depuis 2005 (Moscati 2019), afin de présenter une synthèse de l’histoire de l’édition scientifique en ligne et de proposer un modèle de réalisation d’un référentiel capable de communiquer avec les principales infrastructures numériques (fig. 1). 

30e anniversaire de la revue Archéologia e Calcolatori : chronologie des principaux événements (1990-2018).

Au cours des trente dernières années, la question de la diffusion des résultats de la recherche scientifique a été abordée par la revue selon deux perspectives différentes et, du moins en apparence, opposées : d’une part, l’intérêt d’utiliser les systèmes multimédias et les hypertextes pour l’interrogation et la dissémination des résultats de la recherche, en sauvegardant la richesse du langage naturel pour la description des informations (Guimier-Sorbets 1993) ; d’autre part, la publication électronique, en tant que nouvelle forme de présentation des résultats selon une approche logiciste, qui tend plutôt à une réduction des textes fondée sur une construction logique (Gardin, Roux 2004). L’intérêt sur ce sujet a culminé en 2019 avec la publication du Supplément de Virginie Fromageot-Laniepce sur « Les pratiques de la recherche en archéologie à l’heure du numérique. L’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours » (Fromageot-Laniepce 2019).

Archeologia e Calcolatori a été l’une des premières revues archéologiques à rejoindre l’Open Archives Initiative en 2005, selon un modèle d’édition en libre accès qui ne comporte aucune barrière financière, ni pour les auteurs, ni pour les lecteurs (Moscati 2017). La revue, de rang « A » dans le classement établi en Italie par l’ANVUR (Agence nationale d’évaluation du système universitaire et de la recherche), est aujourd’hui indexée dans le répertoire des revues en libre accès (DOAJ), dans Scopus, ainsi que dans la plateforme Web of Science et dans ERIH PLUS.

Au sein du CNR, l’Institut des Sciences du Patrimoine Culturel (ISPC), né en 2019 de la fusion et de la transformation de quatre Instituts existants, fait face aux nouveaux défis posés par la science du patrimoine et favorise l’innovation dans la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine culturel, grâce à une recherche collaborative et interdisciplinaire. Cet Institut est configuré comme un pôle de recherche sur l’Heritage Science du CNR, ouvert à toute collaboration avec les réseaux d’expertise nationaux et internationaux. Il a bénéficié de l’expérience et de l’insertion de la revue Archeologia e Calcolatori dans ces réseaux pour constituer le groupe de recherche « Open Data, Open Knowledge, Open Science » dans lequel l’équipe de la revue est engagée de façon majeure. Depuis juin 2020, le dépôt de la revue est disponible sur la bibliothèque numérique Europeana et en décembre 2020, grâce à une procédure de « mappage » des données, les métadonnées de ses publications exposées au format Dublin Core ont été rendues conformes aux directives d’OpenAIREOpen Access Infrastructure for Research in Europe qui, à son tour, contribue activement à EOSC, European Open Science Cloud (fig. 2). Tout cela multiplie, aux yeux des utilisateurs, les accès et les opportunités de réutilisation des données grâce aux relations entre des jeux de données (Linked Open Data).

La consultation des articles d’Archéologia e Calcolatori dans Europeana et OpenAIRE.

L’objectif principal du groupe de recherche est l’expérimentation et la promotion de protocoles et de stratégies de valorisation des ressources scientifiques ouvertes et partagées, selon une approche cohérente avec les dernières initiatives scientifiques du CNR, telles que ExploRA, le portail qui s’appuie sur le dépôt institutionnel des produits de recherche PEOPLE, ainsi que OUTREACH, la plateforme en ligne des ressources et des outils pour répondre au besoin de connaissance de la société. Cette approche est également cohérente avec les aspects les plus actuels et débattus de la diffusion des données archéologiques selon les principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, and Re-usable), qui ont été adoptés par les infrastructures européennes que le CNR coordonne en vue de réaliser une infrastructure pan-européenne sur les sciences du patrimoine : E-RIHS (European Research Infrastructure for Heritage Science) et IPERION HS (Integrated Platform for the European Research Infrastructure on Heritage Science).

Enfin, notre équipe développe deux axes de recherche innovants afin d’illustrer les avantages de l’adhésion à l’Open Archives Initiative :

  • la classification des ressources textuelles publiées par la revue, en vue de modéliser les liens entre les thèmes archéologiques et les technologies de l’information, d’explorer les caractéristiques de l’archéologie numérique en ce début de IIIe millénaire et de proposer une taxinomie numérique utilisant des outils de traitement statistique du langage naturel (topic analysis), ainsi qu’un critère bottom up.
  • la conception d’une plateforme idéale de formation des jeunes étudiants dans le domaine de la science ouverte, au sein du « Virtual Museum of Archaeological Computing » (fig. 3), à travers une réflexion sur le rôle d’Internet comme moyen puissant pour partager la connaissance, sur l’utilité des outils interactifs et des médias sociaux dans les musées, et comme sources d’Audience Development. Les résultats de cette expérience sont publiés dans l’itinéraire multimédia « Engaging young people: social media, interactivity and museums » (fig. 4 et 5).

Bibliographie

Fromageot-Laniepce 2019 : Les pratiques de la recherche en Archéologie à l’heure du numérique : l’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Sesto Fiorentino, Archeologia e Calcolatori, Supplemento 12 : https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gardin, Roux 2004 : « The Arkeotek project: a european network of knowledge bases in the archaeology of techniques », Archeologia e Calcolatori, 15, p. 25-40 : http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF15/01_Gardin.pdf

Guimier-Sorbets 1993 : « Ouvrir à un public plus large l’accès à une information spécialisée », Colloque Data and Image processing dans Classical Archaeology, Ravello, European Centre for the Cultural Heritage, 3-4 Avril 1992, Archeologia e Calcolatori, 4, p. 281-286 (uniquement dans le volume papier).

Moscati 2018 : « Le rôle de l’Open Access dans la diffusion des résultats de la recherche scientifique: le cas de ‘Archeologia e Calcolatori’ », UISPP Journal, 1.1, p. 27-41 : https://drive.google.com/file/d/0B9v19CR-Q4oRS0tvOHJMZEQ2Nk0/view

Moscati 2019 : 30 anni di Archeologia e Calcolatori tra memoria e progettualità, Archeologia e Calcolatori, 30, p. 11-138 : http://www.archcalc.cnr.it/journal/idyear.php?IDyear=2019-01-01