Archives par mot-clé : méthodes

Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions : expériences et perspectives

La journée “Penser le patrimoine culturel en 3 dimensions“, co-organisée par le programme ArcheoNum de l’UMR7041-ArScAn et par le LabEx les Passés dans le présent, se déroulera le 20 mai 2019 à partir de 9h30 au bâtiment Max Weber du Campus de l’Université Paris Nanterre, rez-de-chaussée, salle 2.
La séance est ouverte à tous, dans la limite des places disponibles.

Les communications et la table ronde, qui composent cette journée, aborderont l’utilisation de la 3D et des technologies récentes de visualisation sous l’angle de leur adéquation aux problématiques de recherche et de leur utilisation dans les médiations scientifiques et culturelles. En effet, l’image numérique et la 3D sont devenues incontournables pour l’archéologie, l’histoire de l’art et, plus largement, les études du passé, notamment pour la connaissance des sites, du bâti, des décors et des artefacts. Les outils et les techniques, en évolution permanente, ont bouleversé nos approches, nos méthodes et nos limites, et apporté à la recherche une nouvelle dimension. Nombreux sont les projets de recherche étroitement articulés autour du numérique (acquisition et restitution, 3D, RTI, dispositif interactif), tant au sein du laboratoire ArScAn que dans le labex Les passés dans le présent.

Compte-tenu des problématiques et des approches, qui varient selon le thème, le sujet, la période et les objectifs, un échange et un dialogue sur ces expériences ne peuvent qu’être enrichissants et constructifs.
De nos jours, l’usage systématique du numérique dans la recherche, le questionnement sur ses apports, ses possibilités et ses limites reste impératif.
Quelles finalités attendons-nous de ces outils de travail ?
Comment se positionne la relation entre les deux mondes numérique/sciences humaines ?
Et jusqu’où peut-on aller pour la valorisation grand public de la recherche?

Pour en discuter, nous vous proposons cette journée d’étude consacrée à la 3D et au numérique pour le patrimoine, journée durant laquelle une table ronde réunira, en début d’après-midi, les participants du LabEx et d’ArScAn autour d’invités reconnus pour leur apport réflexif à ce sujet.

Organisation :
Micheline Kurdy (postdoctorante Labex Les passés dans le présent)
Anne-Violaine Szabados (UMR 7041 – ArScAn, équipe ESPRI&LIMC, ArcheoNum ; LIMC)
Mathieu Linlaud (UMR 7041 – ArScAn, équipe THEMAM ; ArcheoNum)

Contacts :
m.kurdy@parisnanterre.fr
anne-violaine.szabados@cnrs.fr

Programme

Matinée
9h30 : Anne Violaine Szabados, Introduction

10h13h : Lieux et architecture : mise en situation et restitution

  • Rozenn Douaud, La réalisation d’un dessin en 3D comme moyen de validation d’hypothèses de recherche.
  • Bastien Rueff, Hara Procopiou & Alexandre Pinto, Des outils aux activités : modéliser en trois dimensions l’espace visuel et sonore dans une ville minoenne. Enjeux et perspectives.
  • – Julie Bessenay, Haute terrasse de Tureng Tépé (Iran), programme de modélisation 3D.
    – Béatrice Muller, Le Grand Palais Royal de Mari (Syrie, début du IIe millénaire av. J.-C.) : les grands axes d’une restitution virtuelle.

Pause

  • Micheline Kurdy, L’analyse architecturale par la 3D : acquisition, restitution et représentation.
  • Laurent Costa, La Roche Guyon : chantier méthodologique / Délos : un sanctuaire antique face au numérique. Du SIG jusqu’à la restitution / Construire un écosystème numérique pour la recherche : le programme ArcheoFab – Bassin Parisien et le consortium Paris Time Machine.

Après-midi
14h-15h45 : Table ronde
Communication de Livio de Luca (MAP)
Discussion animée par Micheline Kurdy.

Pause

16h-18h : Autour de l’objet et du décor : voir et redécouvrir

  • Philippe Jockey & Virginie Fromageot, Les apports de la modélisation numérique 3D à la reconstitution du décor sculpté de la tholos de Delphes : enjeux, méthodes, questions.
  • Louise Quillien & Mustapha Djabellaoui, Présentation de la numérisation 3D du Caillou Michaux : enjeux techniques, scientifiques et patrimoniaux.
  • Anne-Violaine Szabados, Appréhender les œuvres du passé grâce à la 3D : des objets et un coffret antiques à la BnF.
  • Mathieu Linlaud, La serrure médiévale.

 

Après la séance “Linked Data et interopérabilité des images sur le Web”

Lors de la séance “Linked Data et interopérabilité des images sur le Web” (vendredi 8 avril 2016), Lukas ROSENTHALER (Responsable du Digital Humanities Lab, Faculty of Humanities, Bâle), Stéfanie GEHRKE et Régis ROBINEAU (projet Biblissima) ont exposé, dans leurs communications, les principes et les caractéristiques d’IIIF (International Image Interoperability Framework), ainsi que son utilisation pour l’interopérabilité des images numériques dans l’optique du Web de données liées (Linked Data).

Stefanie GEHRKE et Régis ROBINEAU ont présenté le projet IIIF, les spécificités techniques de cette technologie telles que les implémentations (serveurs d’images, visualiseurs, applications…) et les APIs, ainsi que son utilisation dans le cadre du programme Biblissima dédié aux ouvrages anciens (notions de collection, manifeste, séquence…). Cette approche permet, par exemple, de sélectionner différentes zones dans une image numérique reproduisant une page illustrée d’un livre enluminé afin de les documenter et de les associer à d’autres données (transcription, commentaire…).
La communication s’est terminée par la présentation de l’utilisation de l’application Mirador pour des livres enluminés:

Lukas ROSENTHALER a partagé son expérience sur les formats d’images numériques et les avantages de JPEG2000, format privilégié pour IIIF (ainsi que TIFF), qui grâce à la qualité de ses algorithmes de compression (avec ou sans perte) est adapté non seulement à la diffusion sur le Web mais aussi à la conservation.
Après avoir signalé la création d’un outil de  conversion d’images en JPEG2000 sans perte de métadonnées
embarquées dans le fichier image (bientôt mis à disposition sur GitHub), L. ROSENTHALER a présenté son environnement virtuel de recherche, SALSAH (http://www.salsah.org/), qui associe, grâce aux principes du web sémantique et à l’utilisation de RDF, des documents d’archive, des publications anciennes ou récentes avec des documents d’études et des annotations scientifiques, quel qu’en soit le type (texte, image, 3D…). Le système est fondé sur la conservation et la gestion dans le temps de toutes les versions des annotations scientifiques, l’accès à ces versions et leur restitution étant fondamentales pour fiabiliser et optimiser leur citation dans le contexte du monde de la  recherche.
L’expérience acquise pour SALSAH, projet créé pour les ressources numériques de l’Université de Bâle (Philosophisch-Historische Fakultät) et utilisé notamment pour les archives photographiques de la Kunsthalle  (http://salsah.org/kuhaba/), enrichit aujourd’hui l’élaboration du projet KNORA – KNowledge Organization, Representation and Annotation – (http://www.knora.org/) qui vise à la création d’un réseau national suisse de données pour les Humanités numériques.
Les outils numériques, les APIs élaborés par L. Rosenthaler et son équipe sont/seront mis à la disposition de la communauté (GitHub).

Logo-iiif-logo-2

« IIIF (International Image Interoperability Framework) désigne à la fois une communauté et un ensemble de spécifications techniques dont l’objectif est de définir un cadre d’interopérabilité pour la diffusion d’images haute résolution sur le Web. […]
Son but est de créer un cadre technique commun grâce auquel les entrepôts peuvent délivrer leurs objets numériques de manière standardisée sur le Web afin de les rendre consultables, manipulables et annotables par n’importe quelle application compatible. Ainsi chaque entrepôt devient un point d’accès distant pour des applications tierces qui vont pouvoir “se brancher” sur ce dernier et réutiliser les images à d’autres fins (comparaison d’images issues de différents entrepôts, annotations, conception d’expositions virtuelles etc.). » (Biblissima, http://doc.biblissima-condorcet.fr/introduction-iiif).
iiif : site officiel. http://iiif.io/
Biblissima. http://doc.biblissima-condorcet.fr/initiative-iiif-interoperabilite-images
IIP. http://iipimage.sourceforge.net/2014/12/iiif/

SALSAH est un système centralisé de traitement, gestion et enrichissement de documents et informations scientifiques produits dans le cadre de l’Université de Bâle.
Grâce à l’application des principes du Web de données (Linked Data) et à l’utilisation de RDF, cet « environnement virtuel de recherche » (web-based virtual research environment) rassemble et met en relation, au sein du même entrepôt de données, des ressources numériques (textes, images, annotations…) dont la variété est prise en compte par une ontologie propre au projet.
Tobias Schweizer / Lukas Rosenthaler, “Building Digital Editions on the Basis of a Virtual Research Environment” (Proceedings of the Digital Humanities Congress 2012): http://www.hrionline.ac.uk/openbook/chapter/dhc2012-schweizer

Biblissima est un observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance dans le cadre duquel sont élaborés et mis en pratique des modèles sémantiques et des techniques destinés à la mise en ligne de manuscrits médiévaux, d’incunables et d’imprimés anciens.
http://www.biblissima-condorcet.fr/
Documentation : http://doc.biblissima-condorcet.fr/

Stefanie Gehrke, “Prototype on Illuminated Manuscripts and Future Steps of Metadata Integration”, 33rd CIDOC SIG and FRBR – CIDOC CRM Harmonization Meeting 2015 (Germanisches Nationalmuseum, Nuremberg), 19/05/2015.

La séance est ouverte à toute personne intéressée, dans la limite des places disponibles.
Texte de présentation : ArcheoNum-iiif-Annonce
Affiche format A4 : ArcheoNum_iiif_A4
Contact : anne-violaine.szabados@mae.cnrs.fr

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "Après la séance “Linked Data et interopérabilité des images sur le Web”," in ArcheoNum, 26/04/2016, https://archeonum.hypotheses.org/585.