Archives par mot-clé : publication électronique

L’expérience des livres CD-ROM pour publier l’archéologie

Virginie FROMAGEOT
CNRS UMR ArScAn

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

La dynamique des évolutions numériques nous entraîne dans une course de vitesse que l’on peut accompagner d’une réflexion générale et historique. Cette journée de l’unité ArScAn organisée par le projet collectif « L’archéologie dans les humanités numériques » (ArcheoNum) a ainsi permis d’aborder des publications récentes, en ligne, et d’autres, plus anciennes, de la fin du XXe siècle, réalisées hors ligne. Le CD-ROM sera au cœur de mon propos, car certaines publications multimédias françaises des années 2000 ont éveillé ma curiosité au cours de recherches sur l’histoire de la publication électronique (Fromageot-Laniepce 2019). En me plaçant à la croisée de l’histoire de l’art, de l’archéologie et des humanités numériques, je dresserai un bilan succinct de l’utilisation de ces supports et des contenus diffusés. Après cette redécouverte, j’ouvrirai mon propos aux évolutions des publications numériques en archéologie.

Avant le CD-ROM, des supports électroniques ont été introduits dans les musées, les bibliothèques et les centres de documentation, pour initier des usages multimédias originaux. Je les connaissais de mes années d’étudiante quand j’étais stagiaire au sein du Centre de recherche « Archéologie et systèmes d’information » du CNRS et de l’Université Paris-X à l’époque (actuellement, Université de Paris-Nanterre). Professeure et directrice de ce centre, Anne-Marie Guimier-Sorbets était en première ligne pour l’élaboration de systèmes archéologiques multimédias, à la suite des travaux pionniers de René Ginouvès (1926-1994) sur l’application des banques de données documentaires en archéologie classique. Elle avait conçu dès 1984 le premier vidéodisque interactif pour l’archéologie en exploitant ce disque analogique, d’un diamètre de 30 cm, inscriptible une fois à partir d’une matrice et reproductible à un faible coût, pouvant stocker au maximum 54.000 images par face, à raison d’une image par piste. Elle avait mis en relation ce dispositif avec des photothèques spécialisées et trois bases de données analysant des corpus archéologiques qui ont paru beaucoup plus intéressantes parce qu’elles associaient des images commentées (Ginouvès 1986). Elle avait continué à investir ce domaine en réunissant, avec un caractère systématique, quelques vidéodisques, puis de nombreux CD-ROM du domaine culturel, afin de qualifier les stratégies éditoriales et l’appropriation par le public de ces produits multimédias (Guimier-Sorbets 1999).

Devenue « Archéologie du monde grec et systèmes d’information », cette même équipe, dirigée par Philippe Jockey, m’a ouvert les portes de ses archives et j’ai eu accès à soixante-dix disques. Je m’en suis tenue au cadre français en sélectionnant des produits hybrides combinant livres et CD-ROM, conçus à des fins de publication et de diffusion de corpus archéologiques à l’intention de divers publics. Introduit aux États-Unis en 1984, le CD-ROM se présentait comme un disque, d’un diamètre de 12 cm, plus compact que les disques précédents, plus durable que bandes et disquettes et pouvant contenir fichiers multimédias et programmes informatiques gravés numériquement une seule fois ; d’où son nom de Compact Disk – Read Only Memory. Le matériel de lecture avait été breveté par la société américaine IBM et quand les utilisateurs s’équipèrent à un coût modéré, le catalogue des produits multimédias à thématique culturelle devint mondial et connu un vif succès. Complémentaire d’un livre physique, le disque optique compact a ouvert des possibilités de consultation assistée par ordinateur et pour l’archéologie, de valorisation des données par la publication plus complète de la documentation. Les ordinateurs des années 1990, comme le Mac Performa 5200CD, avaient été jetés et j’ai cherché des solutions de lecture : un PC récent sous Windows 10 a été le meilleur choix, après quelques échecs sur Mac sous un système High Sierra 10.13, puis sur un ancien PowerBook Pro G4/PowerPC sous le système 10.6. Cette gestion m’a permis d’analyser les contenus et les scénarios interactifs de ces anciens produits de l’édition multimédia.

J’ai sélectionné trois exemples que je présente par ordre de parution :

1) Valentine Roux (dir.), Cornaline de l’Inde : des pratiques techniques de Cambay aux techno-systèmes de l’Indus, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme et éditions Épistèmes, 2000, édition bilingue français anglais, 1 vol. (545 p.) : ill., cartes, et un CD-Rom sous la dir. de Valentine Roux, Philippe Blasco : ill. coul., son, vidéos (Fig. 1).

Fig. 1 : Cornaline de l’Inde, couverture de la pochette cartonnée du CD-ROM.

Valentine Roux a conçu ce CD-ROM selon l’épistémologie logiciste de Jean-Claude Gardin (1925-2013) qui préconisait une présentation de la publication archéologique, selon une construction logique permettant de mettre en évidence le processus d’interprétation d’un archéologue. La publication réunissait l’analyse de corpus expérimentaux et ethnographiques sur le travail des perles réalisé dans la ville de Cambay (Gujarat, Inde) et la construction de référentiels pour l’identification et la caractérisation des vestiges préhistoriques. La forme de l’hypertexte sur le CD-ROM permettait aux anthropologues spécialistes des techniques, de naviguer des données aux « propositions » et de circuler ainsi dans la trame de l’argumentation. Nous donnons l’exemple de l’introduction au référentiel sur les techniques de taille (Fig. 2).

Fig. 2 : Cornaline de l’Inde, copie d’écran du CD-ROMen 2021 sur PC/Windows 10 : structure du chapitre sur la taille des perles ; cet écran n’a pas été recadré.

2) Philippe Fleury (dir.), La Rome antique : plan relief et reconstitution virtuelle, Caen, Presses universitaires de Caen, 2005, 1 vol. (267 p.) : ill. en noir et blanc, en coul. et un CD-ROM : ill. coul., son, plans (Fig. 3).

Fig. 3 : La Rome antique, couverture de l’ouvrage.

La maquette de Rome antique de Paul Bigot (1870-1942), instrument d’enseignement de la topographie et de l’urbanisme romains, était présentée à l’écran, après sa première exposition vers 1945, à l’université de Caen. Le Centre interdisciplinaire de Réalité Virtuelle de l’université poursuivait les objectifs pédagogiques de ces prédécesseurs. À travers une consultation proche de celle d’une borne interactive, les utilisateurs, étudiants, élèves, lecteurs, pouvait appeler des plans interactifs, en les composant en fonction de nombreux modes d’accès. Sans même connaître ni le langage documentaire, ni l’interrogation d’une base de données, il sélectionnait un parcours selon les types d’ensembles, les critères chronologiques ou topographiques et il pouvait facilement opérer d’autres sélections (Fig. 4).

Fig. 4 : La Rome antique, copie d’écran du CD-ROM en 2021 sur PC/Windows 10 : plan interactif des monuments de la période républicaine ; cet écran n’a pas été recadré.

3) Laurent Bricault (dir.), Sylloge nummorum religionis Isiacae et Sarapiacae, SNRIS, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2008, 1 vol. (347 p.), cartes, ill. et un CD-Rom : ill. en noir et blanc et en coul., base de données (Fig. 5).

Fig. 5 : Sylloge nummorum religionis Isiacae et Sarapiacae (SNRIS), couverture de l’ouvrage et CD-ROM conjoint.

Ce CD-ROM assurait la consultation d’un catalogue des monnaies qui ont diffusé des représentations des divinités égyptiennes Isis et Sarapis dans le monde méditerranéen antique. Le concept des éditeurs était de réduire le nombre de pages imprimées de cette publication en compensant par le CD-ROM associé. Les spécialistes, numismates, archéologues, historiens disposaient du langage de description des monnaies mis au point et de l’interrogation de cette base de données sous le logiciel Filemaker 8.5 runtime qui s’exécutait depuis le disque, sans avoir été installé sur la machine des utilisateurs. L’environnement de consultation de cette base comprenait aussi l’accès aux images du répertoire iconographique et la police grecque LEGGRF (Fig. 6).

Fig. 6 : SNRIS, copies d’écran du CD-ROM en 2021 sur Mac/High Sierra 10.13 : à gauche, enregistrement du type monétaire représentant Sarapis coiffé du calathos au revers de monnaies impériales émises à Alexandrie dans la base de données ; à droite, navigation dans le répertoire iconographique jusqu’à l’image associée.

Ces produits attestent la réussite des auteurs et des éditeurs à réunir des contenus riches et de qualité, à travailler avec des spécialistes de la réalisation et de l’infographie pour produire une interface de consultation innovante, à construire un budget à l’équilibre. Ils firent part de la réduction des coûts de pressage et d’expédition par rapport aux frais de reproduction et d’affranchissement d’équivalents papier (Arcelin 1996, p. 30-31). Ce modèle d’édition a suscité des controverses, quand certains membres de la communauté archéologique ont invoqué les coûts, les mésusages ou la faible pérennité des supports. De plus, conserver le principe de l’hybride ne simplifia pas les protocoles en cumulant les inconvénients des deux supports ; par exemple, la collection logiciste avait été inaugurée par la combinaison d’un ouvrage de 540 pages et d’une réalisation sur CD-ROM ambitieuse. Par la suite, les éditeurs de cette collection firent un choix plus réaliste de volumes imprimés considérablement allégés.

Le « crépuscule » des CD-ROM est venu de l’augmentation de la taille des données qui se posait d’emblée pour les photographies de bonne définition et pour les films, si bien que les produits ont évolué vers les DVD, des disques de 12 cm de plus grande capacité de stockage, mais restant compatibles, préparés depuis 1992. La floraison des publications hors ligne a laissé place à une politique de conservation faible et souvent inadaptée. Le travail de Valentine Roux a été exemplaire sur la pérennité numérique, puisqu’elle choisit une démarche de réédition sur le réseau, lorsqu’elle fonda la revue en ligne Arkeotek (www.thearkeotekjournal.org ; Gardin, Roux 2004).

L’évolution vers l’édition en ligne s’est depuis généralisée, d’abord avec la conversion des revues, ensuite celle des ouvrages, par les technologies du streaming, la diffusion en continu de contenus numériques depuis des plateformes situées partout dans le monde et la possibilité de les télécharger du cloud sur nos ordinateurs, tablettes, liseuses ou téléphones. Signalons que la conversion du volume imprimé de la publication de V. Roux a été produite en 2017 (http://books.openedition.org/editionsmsh/8706). G. Berry, informaticien de l’INRIA et professeur au Collège de France, a rappelé dans son livre L’Hyperpuissance de l’informatique que le livre physique résiste : « Pour le livre, les technologies numériques ont d’abord remplacé les anciennes, sans d’ailleurs changer ni la forme ni l’aspect des livres physiques. Mais elles ont aussi permis de nouveaux usages complémentaires. Par exemple, les livres numériques sur liseuses ou tablettes sont bien pratiques pour les voyageurs, même s’ils sont loin de remplacer totalement les livres papier » (Berry 2017, p. 57-58).

En effet, la réflexion sur des modes récents de transmission n’empêche pas le maintien de technologies mixtes. C’est encore le cas de l’exposition Pompéi, promenade immersive, trésors archéologiques, nouvelles découvertes, organisée par la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais et la société Gédéon Programmes, en partenariat avec le Parc archéologique de Pompéi et présentée à Paris en 2020. La cellule éditoriale a maintenu un catalogue imprimé associé à une édition augmentée sur smartphone. L’intérêt de cette formule tient à la valorisation de la production audiovisuelle de Gédéon : reportages, reconstitutions virtuelles et une manipulation en réalité augmentée d’une statue de Livie faisant apparaître sa tenue, son diadème ainsi que ses couleurs restaurées d’après les traces retrouvées sur le marbre. Le livre physique est indispensable car le lecteur repère des pictogrammes qu’il scanne avec son téléphone pour charger les contenus additionnels.

On peut, pour conclure, rendre hommage aux travaux précurseurs qui ont produit une interactivité originale, initiée par un dialogue établi entre éditeurs et réalisateurs, entre éditeurs, auteurs et lecteurs. D’ailleurs, des travaux récents appellent encore de leurs vœux ce genre d’approche. Olivier Le Deuff, maître de conférences en sciences de l’information à l’université de Bordeaux Montaigne, a écrit récemment : « les humanités digitales rejoignent les travaux qui permettent de sortir de la linéarité du texte, pour proposer d’autres modes de lecture et de consultation qui associent étroitement organisation des connaissances et recherche d’informations » (Le Deuff 2017, p. 35). L’aventure continue…

Bibliographie :

Arcelin P. 1996 : « Vers une édition multimédia en archéologie », Archeologia e Calcolatori, 7, p. 1147-1156, http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF7/99_Arcelin.pdf

Berry G. 2017 : L’hyperpuissance de l’informatique : algorithmes, données, machines, réseaux, Paris.

Fromageot-Laniepce V. 2019 : Les pratiques de la recherche en Archéologie à l’heure du numérique : l’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Sesto Fiorentino, Archeologia e Calcolatori, Supplemento 12, https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gardin J.-C., Roux V. 2004 : « The Arkeotek project: a european network of knowledge bases in the archaeology of techniques », Archeologia e Calcolatori, 15, p. 25-40, http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF15/01_Gardin.pdf

Ginouvès R. 1986 : «  ‘Images de l’archéologie’ un premier vidéodisque pour l’archéologie classique », Revue Archéologique, p. 227‑234, http://www.jstor.org/stable/41736373.

Guimier-Sorbets A.-M. 1999 : « Des bases de données à la publication électronique : une intégration des données et des outils de recherche », Archeologia e Calcolatori, 10, p. 101-115, http://www.archcalc.cnr.it/indice/PDF10/10_08_Guimier_Sorbets.pdf

Le Deuff O. 2017 : Les humanités digitales : historique et développements, Londres.

Archéologie : le tournant numérique en (re)vue

Astrid ASCHEHOUG
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial
https://orcid.org/0000-0002-0218-6932
Gaëlle COQUEUGNIOT
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial Chercheuse associée UMR Arscan
https://orcid.org/0000-0003-1483-5132
Nicolas COQUET
CNRS, USR MSH Mondes, Chargé de ressources documentaires
https://orcid.org/0000-0002-8583-6805

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

L’archéologie est en pratique liée à la démarche scientifique : produire et extraire des données, les comparer, les analyser et les publier y est une seconde nature. De plus en plus de « données » brutes y sont produites de façon nativement numérique, ce qui bouleverse les savoir-faire liés à la publication dont les standards fusionnent avec ceux du web (Fromageot-Laniepce 2019). Cette fusion des standards affecte chacune des « strates » de la publication archéologique traditionnelle où rapports et chroniques précédaient les articles avant de donner lieu à une monographie.

Or cette dernière, chronophage et complexe à produire, tend à disparaître. De fait, la communauté adopte davantage la forme « article » de revue, d’écriture plus synthétique associant des données interrogeables (cartes, bases de données…). Si bien que cette articulation entre données et résultats de synthèses se trouve au cœur des préoccupations des auteurs et des revues de la discipline, tout confrontés qu’ils sont aux standards du web.

L’archéologie concerne 9 des 15 revues du Pôle éditorial de la MSH Mondes (ex-Maison de Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès). Nées pour la plupart bien avant le web, elles sont toutes engagées dans un processus de transformation numérique, selon plusieurs modalités non exclusives (fig. 1) :

  • version numérique homothétique de la revue imprimée (interactivité limitée) : Gallica, JSTOR ou Persée mettent à disposition des facsimilés de fascicules imprimés, accompagnés de parcours de lecture simples (sommaire, figures) ;
  • double publication imprimée et numérique, au contenu identique sous deux formes différentes : sur OpenEdition Journals et Cairn, la version principale, HTML, est présentée aux côtés du PDF éditeur ;
  • revues « natives numériques », de création récente, sans version imprimée associée ;
  • revues « mixtes », qui croisent revues et données en ligne, grâce à des annexes (éléments audiovisuels ou 3D interactifs, rubriques documentaires longues souvent multi-entrées ou bases de données, cartes…) disponibles exclusivement dans des rubriques des sites web de ces revues ; elles correspondent à une transition actuelle de diversification des modes de lecture, en réponse à des besoins de la communauté archéologique exprimés depuis longtemps (Gras 1983) ; cette transition peut d’ailleurs mener à la dernière catégorie, rendue possible par le numérique ;
  • revues « augmentées », qui allient les problématiques d’indexation et de sémantisation, savoir-faire d’ingéniérie documentaire développés au sein du pôle éditorial en collaboration avec d’autres partenaires institutionnels (Allainguillaume et al. 2017, Renault et al. 2020).
Sélection de revues d’archéologie du pôle éditorial à l’ère numérique : différentes modalités de mise en œuvre, du facsimilé à l’intégration publication-données (montage : G. Coqueugniot, MSH Mondes)

De ses travaux d’expérimentation et de conception de produits numériques, le pôle éditorial de la MSH Mondes peut citer, parmi cette dernière catégorie, la revue Archéologie de la France – Informations (AdlFI) qui présente une trajectoire éditoriale singulière. AdlFI publie des notices d’opérations archéologiques menées en France. En 2017, elle se présentait comme « héritière de la revue Gallia Informations dont elle reprend les missions » et comme une « base de données ». Mémoire de l’archéologie de terrain en France, ce corpus de notices est précieux.

Dans les années 1940, le CNRS se voit en effet confier la mission d’informer la communauté scientifique des découvertes archéologiques récentes. En 1942, la revue Gallia est créée, avec deux objectifs : diffuser des synthèses et publier rapidement les premiers matériaux issus du terrain. Y cohabitent alors deux genres rédactionnels distincts : des articles de synthèse et une section « Informations » consacrée à la recension de résultats publiés dans des revues savantes.

Au milieu des années 1980, côté CNRS, à la création de la revue Gallia Informations, les chroniques régionales sont dissociées des volumes originels d’abord publiés sur papier, puis transférés sur CD-Rom en 1997. Gallia Informationsopte alors pour des requêtes multicritères qui croisent indexation thématique, chronologique et géographique des notices. Côté ministère de la Culture, les Bilans scientifiques régionaux (BSR) récemment créés font état des découvertes archéologiques de l’année. Par la suite, le projet de diffusion électronique des BSR rejoint la démarche de Gallia Informations. Ensemble, ils établissent de nouveaux protocoles de diffusion des notices dans une base de données informatique et le site Internet AdlFI naît de cette démarche en 2009. Rapidement abandonné, son contenu est transféré en 2014 sur le portail Revues.org (actuel OpenEdition Journals).

De cette mise en perspective, on retient trois éléments (fig. 2) :

  • AdlFI ne duplique pas les BSR ;
  • sa première transition numérique a consisté à transformer une revue papier en une base de données numérique aux recherches croisées et multicritères ;
  • sa seconde transition, avec le passage sur OpenEdition, a fait basculer cette base de données en une revue, à rebours du choix initial ; si cette étape a permis à une plus large audience d’avoir accès à ces connaissances, les recherches croisées qui avaient motivé la transition numérique originelle ne lui étaient en revanche plus permises.
Des « Informations » de Gallia à AdlFI (1943-2020) : choix éditoriaux, supports et formats de diffusion des notices d’opérations (DAO : N. Coquet, MSH Mondes)

AdlFI est donc bien une revue numérique et la notice archéologique, son unité éditoriale. Pour exister dans son écosystème, la notice archéologique doit être identifiée, convenablement citée et moissonnée et elle doit disposer de métadonnées spécifiques relatives à l’opération archéologique (responsable, nature, numéro, organisme qui la porte…) qui ne sont pas prises en compte par les plateformes. Un travail d’enrichissement a donc été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, OpenEdition et la revue Archéologie médiévale, pour définir le nouveau type d’unité éditoriale « notice archéologique ». Ce nouveau développement s’accompagne d’une structuration en amont des vocabulaires, pour permettre des recherches documentaires, en s’appuyant sur des formats interopérables et pérennes. En conséquence, le format XML-TEI a été adopté et a permis de connecter les notices aux thésaurus de la discipline. Ce travail de formalisation a été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, le groupement de services Frantiq et plusieurs revues d’archéologie comme GalliaGallia PréhistoireArchéologie médiévalePréhistoires méditerranéennesArchaeonauticaAntiquités africaines.

Ainsi, la mise en œuvre d’une connexion dynamique avec le thésaurus Pactols, pour leurs mots-clés, permet une indexation thématique, chronologique et géographique, selon un vocabulaire multilingue contrôlé, et un retour aux objectifs initialement voulus pour AdlFI.

AdlFI est l’illustration d’une revue qui a été réfléchie dans son interrelation avec d’autres publications. En affirmant à la fois son statut de publication scientifique et ses spécificités, elle a su faire le lien entre ses aspirations patrimoniales initiales, son oscillation entre revue et base de données et son rôle pivot dans la dynamique de lecture archéologique.


Bibliographie

Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Nouvel B., Renault S., Turkovics M.-A. 2017 : « Vers une harmonisation numérique des revues d’archéologie », poster présenté à l’occasion des 7e journées MEDICI, Dijon : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01614014v2

Fromageot-Laniepce V. 2019 : Les pratiques de la recherche en archéologie à l’heure du numérique. L’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Archeologia e calcolatori, Supplemento 12 : https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gras M. 1983 : « La publication archéologique, réflexions et propositions », Revue Archéologique, p. 337-343 : https://www.jstor.org/stable/41737061

Renault S., Nouvel B., Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Turkovics M.-A. 2020 : « Vers une harmonisation des pratiques éditoriales numériques de cinq revues françaises d’archéologie », Humanités numériques, 2 : https://journals.openedition.org/revuehn/483