Archives par mot-clé : vocabulaire

Archéologie : le tournant numérique en (re)vue

Astrid ASCHEHOUG
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial
https://orcid.org/0000-0002-0218-6932
Gaëlle COQUEUGNIOT
CNRS, USR MSH Mondes, Coordinatrice du pôle éditorial Chercheuse associée UMR Arscan
https://orcid.org/0000-0003-1483-5132
Nicolas COQUET
CNRS, USR MSH Mondes, Chargé de ressources documentaires
https://orcid.org/0000-0002-8583-6805

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

L’archéologie est en pratique liée à la démarche scientifique : produire et extraire des données, les comparer, les analyser et les publier y est une seconde nature. De plus en plus de « données » brutes y sont produites de façon nativement numérique, ce qui bouleverse les savoir-faire liés à la publication dont les standards fusionnent avec ceux du web (Fromageot-Laniepce 2019). Cette fusion des standards affecte chacune des « strates » de la publication archéologique traditionnelle où rapports et chroniques précédaient les articles avant de donner lieu à une monographie.

Or cette dernière, chronophage et complexe à produire, tend à disparaître. De fait, la communauté adopte davantage la forme « article » de revue, d’écriture plus synthétique associant des données interrogeables (cartes, bases de données…). Si bien que cette articulation entre données et résultats de synthèses se trouve au cœur des préoccupations des auteurs et des revues de la discipline, tout confrontés qu’ils sont aux standards du web.

L’archéologie concerne 9 des 15 revues du Pôle éditorial de la MSH Mondes (ex-Maison de Archéologie et Ethnologie, René-Ginouvès). Nées pour la plupart bien avant le web, elles sont toutes engagées dans un processus de transformation numérique, selon plusieurs modalités non exclusives (fig. 1) :

  • version numérique homothétique de la revue imprimée (interactivité limitée) : Gallica, JSTOR ou Persée mettent à disposition des facsimilés de fascicules imprimés, accompagnés de parcours de lecture simples (sommaire, figures) ;
  • double publication imprimée et numérique, au contenu identique sous deux formes différentes : sur OpenEdition Journals et Cairn, la version principale, HTML, est présentée aux côtés du PDF éditeur ;
  • revues « natives numériques », de création récente, sans version imprimée associée ;
  • revues « mixtes », qui croisent revues et données en ligne, grâce à des annexes (éléments audiovisuels ou 3D interactifs, rubriques documentaires longues souvent multi-entrées ou bases de données, cartes…) disponibles exclusivement dans des rubriques des sites web de ces revues ; elles correspondent à une transition actuelle de diversification des modes de lecture, en réponse à des besoins de la communauté archéologique exprimés depuis longtemps (Gras 1983) ; cette transition peut d’ailleurs mener à la dernière catégorie, rendue possible par le numérique ;
  • revues « augmentées », qui allient les problématiques d’indexation et de sémantisation, savoir-faire d’ingéniérie documentaire développés au sein du pôle éditorial en collaboration avec d’autres partenaires institutionnels (Allainguillaume et al. 2017, Renault et al. 2020).
Sélection de revues d’archéologie du pôle éditorial à l’ère numérique : différentes modalités de mise en œuvre, du facsimilé à l’intégration publication-données (montage : G. Coqueugniot, MSH Mondes)

De ses travaux d’expérimentation et de conception de produits numériques, le pôle éditorial de la MSH Mondes peut citer, parmi cette dernière catégorie, la revue Archéologie de la France – Informations (AdlFI) qui présente une trajectoire éditoriale singulière. AdlFI publie des notices d’opérations archéologiques menées en France. En 2017, elle se présentait comme « héritière de la revue Gallia Informations dont elle reprend les missions » et comme une « base de données ». Mémoire de l’archéologie de terrain en France, ce corpus de notices est précieux.

Dans les années 1940, le CNRS se voit en effet confier la mission d’informer la communauté scientifique des découvertes archéologiques récentes. En 1942, la revue Gallia est créée, avec deux objectifs : diffuser des synthèses et publier rapidement les premiers matériaux issus du terrain. Y cohabitent alors deux genres rédactionnels distincts : des articles de synthèse et une section « Informations » consacrée à la recension de résultats publiés dans des revues savantes.

Au milieu des années 1980, côté CNRS, à la création de la revue Gallia Informations, les chroniques régionales sont dissociées des volumes originels d’abord publiés sur papier, puis transférés sur CD-Rom en 1997. Gallia Informationsopte alors pour des requêtes multicritères qui croisent indexation thématique, chronologique et géographique des notices. Côté ministère de la Culture, les Bilans scientifiques régionaux (BSR) récemment créés font état des découvertes archéologiques de l’année. Par la suite, le projet de diffusion électronique des BSR rejoint la démarche de Gallia Informations. Ensemble, ils établissent de nouveaux protocoles de diffusion des notices dans une base de données informatique et le site Internet AdlFI naît de cette démarche en 2009. Rapidement abandonné, son contenu est transféré en 2014 sur le portail Revues.org (actuel OpenEdition Journals).

De cette mise en perspective, on retient trois éléments (fig. 2) :

  • AdlFI ne duplique pas les BSR ;
  • sa première transition numérique a consisté à transformer une revue papier en une base de données numérique aux recherches croisées et multicritères ;
  • sa seconde transition, avec le passage sur OpenEdition, a fait basculer cette base de données en une revue, à rebours du choix initial ; si cette étape a permis à une plus large audience d’avoir accès à ces connaissances, les recherches croisées qui avaient motivé la transition numérique originelle ne lui étaient en revanche plus permises.
Des « Informations » de Gallia à AdlFI (1943-2020) : choix éditoriaux, supports et formats de diffusion des notices d’opérations (DAO : N. Coquet, MSH Mondes)

AdlFI est donc bien une revue numérique et la notice archéologique, son unité éditoriale. Pour exister dans son écosystème, la notice archéologique doit être identifiée, convenablement citée et moissonnée et elle doit disposer de métadonnées spécifiques relatives à l’opération archéologique (responsable, nature, numéro, organisme qui la porte…) qui ne sont pas prises en compte par les plateformes. Un travail d’enrichissement a donc été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, OpenEdition et la revue Archéologie médiévale, pour définir le nouveau type d’unité éditoriale « notice archéologique ». Ce nouveau développement s’accompagne d’une structuration en amont des vocabulaires, pour permettre des recherches documentaires, en s’appuyant sur des formats interopérables et pérennes. En conséquence, le format XML-TEI a été adopté et a permis de connecter les notices aux thésaurus de la discipline. Ce travail de formalisation a été mené avec l’infrastructure de recherche Métopes, le groupement de services Frantiq et plusieurs revues d’archéologie comme GalliaGallia PréhistoireArchéologie médiévalePréhistoires méditerranéennesArchaeonauticaAntiquités africaines.

Ainsi, la mise en œuvre d’une connexion dynamique avec le thésaurus Pactols, pour leurs mots-clés, permet une indexation thématique, chronologique et géographique, selon un vocabulaire multilingue contrôlé, et un retour aux objectifs initialement voulus pour AdlFI.

AdlFI est l’illustration d’une revue qui a été réfléchie dans son interrelation avec d’autres publications. En affirmant à la fois son statut de publication scientifique et ses spécificités, elle a su faire le lien entre ses aspirations patrimoniales initiales, son oscillation entre revue et base de données et son rôle pivot dans la dynamique de lecture archéologique.


Bibliographie

Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Nouvel B., Renault S., Turkovics M.-A. 2017 : « Vers une harmonisation numérique des revues d’archéologie », poster présenté à l’occasion des 7e journées MEDICI, Dijon : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01614014v2

Fromageot-Laniepce V. 2019 : Les pratiques de la recherche en archéologie à l’heure du numérique. L’évolution de la recherche d’information et de la publication de 1955 à nos jours, Archeologia e calcolatori, Supplemento 12 : https://doi.org/10.19282/acs.12.2019

Gras M. 1983 : « La publication archéologique, réflexions et propositions », Revue Archéologique, p. 337-343 : https://www.jstor.org/stable/41737061

Renault S., Nouvel B., Allainguillaume M., Aschehoug A., Coquet N., Turkovics M.-A. 2020 : « Vers une harmonisation des pratiques éditoriales numériques de cinq revues françaises d’archéologie », Humanités numériques, 2 : https://journals.openedition.org/revuehn/483

Un atlas numérique des techniques de la construction romaine (ACoR)

Agnès TRICOCHE
Hélène DESSALES
au titre du consortium ACoR
CNRS – PSL Université, ENS – EPHE, Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident (AOrOc)

Présentation donnée lors de la journée du 22 janvier 2021 « La publication archéologique en environnement numérique »

Initié en 2012, l’objectif du consortium ACoR est de développer un atlas des techniques de la construction romaine, sur un large champ géographique et chronologique. 

Ce programme a été élaboré dans le cadre du laboratoire d’excellence TransferS (programme Investissements d’avenir ANR-10-IDEX-0001-02 PSL* et ANR-10-LABX-0099), visant à étudier les transferts culturels dans la longue durée. Il a donné lieu à la création d’un consortium international, réunissant différents partenaires : en France, les laboratoires Archéologie et Philologie d’Orient et d’Occident (AOROC, UMR 8546, École normale supérieure – Université PSL) et l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA, USR 3155) ; en Italie, les universités de Padoue, Trente, Roma Tre et la Soprintendenza per il Colosseo, il Museo Nazionale Romano e l’area archaeologica di Roma ; en Espagne, l’Instituto de Arqueología de Merida (CSIC) et l’université de Séville. Il réunit dix spécialistes de l’architecture romaine : J. Bonetto, E. Bukowiecki, S. Camporeale, H. Dessales, M. Medri,  A. Pizzo, C. Previato, O. Rodriguez Gutierrez, M. Serlorenzi et A. Tricoche.

L’enjeu était de proposer un atlas thématique, susceptible de répondre à 4 questions :

  • Comment ? (sous quelle forme les techniques ont-elles été conçues ?)
  • Où ? (où sont-elles diffusées ?)
  • Quand ? (quand apparaissent-elles ?)
  • Pourquoi ? (quels paramètres, contexte géologique, connaissances pétrographiques, prise en compte du risque sismique, etc., les déterminent ?)

Un tel outil était jusqu’alors inédit : les seules contributions préexistantes sont limitées à des monuments spécifiques[1], tandis que la tradition historiographique sur l’architecture romaine, dans son approche des modèles, valorise davantage une création autour du centre de l’Empire, Rome, comme un foyer d’innovations par la suite diffusées à l’Italie et aux provinces[2]. Or, les études spécifiques sur des techniques ou des formes architecturales ont permis de moduler ce modèle de diffusion unilatérale, en mettant en évidence, en retour, le rôle de la « périphérie » de l’empire, soit par la création de types particuliers éventuellement introduits à Rome, soit par l’apparition, en quelque sorte simultanée, de solutions communes dans différentes régions de l’Empire, sans qu’il soit possible de déterminer un lieu initial de création.

De ce point de vue, le concept de « transfert culturel » apparaît particulièrement opérant, dans la mesure où il conduit à relativiser la notion de centre et la validité de la méthode comparative. Ainsi, bien plus que les conditions de production et de circulation des biens ayant permis la réalisation matérielle d’un édifice, ce sont avant tout les modalités d’adaptation et de réception qui sont en jeu ; elles nous permettent d’appréhender la transmission de connaissances et le rôle de vecteurs techniques et symboliques, l’architecture résultant toujours de la mobilité d’hommes, de savoirs et de matériaux.

Le programme ACoR s’est concrétisé dans la réalisation d’une base de données, qui établit un corpus de techniques, identifiées, classées et localisées dans un territoire, un site et un édifice. Elle rassemble initialement les données réunies par l’équipe, travaillant principalement en Italie, Espagne, Afrique du Nord, Turquie, puis s’étend à d’autres sites, en collaboration avec différents chercheurs et doctorants (645 notices en janvier 2021).

À l’échelle de l’édifice, la caractérisation morphologique et technique des éléments de construction obéit à la logique des étapes d’un chantier (celle adoptée par les constructeurs antiques du bâtiment), en distinguant les différentes interventions de construction : préparation du terrain, fondations, élévations, ouvertures, couvrements et couvertures, sols, structures de service et arcs (ces derniers pouvant être étudiés de façon autonome, ou en association avec une autre intervention). S’ajoute une analyse spécifique des traces de chantier, communes à la plupart des interventions.

Extrait du thésaurus pour l’indexation des techniques de la construction romaine (infographie : Arnaud Picandet).

Conçue et développée entre 2012 et 2018, la base de données se compose d’un thésaurus pour l’indexation des techniques de la construction romaine (fig. 1), d’une version de saisie et d’une version web de consultation, toutes deux hébergées par la TGIR Huma-Num, et accessibles en français, italien et anglais.

La première, accessible via un navigateur web, a été construite avec le logiciel FileMaker, Technologie WebDirect fonctionnant dans les navigateurs internet sans nécessiter l’acquisition du logiciel pour s’y connecter. Il s’agit d’un outil de travail collaboratif, mis à la disposition de tout chercheur ou étudiant qui en fait la demande. Il leur permet d’analyser et de comparer les données collectées sur le bâti dans le monde romain (fig. 2).

Exemple de fiche dans la base de données de saisie ACoR (copyright : consortium ACoR).
Exemple de recherche sur le formulaire de l’interface web de consultation publique (https://acor.huma-num.fr/) (copyright : consortium ACoR).

Le site web https://acor.huma-num.fr/, développé en PHP/MYSQL, est en libre accès et propose quant à lui quatre modes de consultation des techniques, interreliés :

  1. Un formulaire de recherche multicritères. C’est l’approche la plus complète et la plus modulaire, permettant une consultation par contexte, par type de construction, et/ou par caractéristique technique, avec la possibilité de multiplier à l’infini les critères et d’insérer des éléments de recherche libre. Le résultat est une liste de notices, chacune correspondant à l’identification et la caractérisation détaillée d’une technique de construction recensée dans un édifice, accompagnée de plans, de photographies et de graphiques (fig. 3).
  2. Une consultation par types techniques. Il s’agit d’une approche groupée par  techniques présentant des caractères communs (a minima : les matériaux de construction, les dimensions des matériaux et le type de section). Ces regroupements typologiques, qui ne s’appliquent qu’aux élévations et aux fondations, permettent la comparaison de techniques d’édifices, voire de sites éloignés les uns des autres.
  3. Une exploitation cartographique. Elle permet de connaître l’état actuel du recensement des techniques dans la base de données. Sur la carte, les cercles matérialisent les techniques de construction recensées au sein d’un même édifice ; leur couleur permet de différencier les interventions de construction, leur taille exprime la quantité de techniques localisées au même endroit.
  4. Un manuel illustré interactif. Le site présente un module de recherche sur une série de dessins des principaux éléments de caractérisation des éléments de construction. La recherche exploite les valeurs du thésaurus produit par l’équipe d’ACoR, et utilisé dans la rédaction des notices de la base de données et des légendes du manuel. Une version papier de ce manuel est en préparation : S. Camporeale, H. Dessales, et A. Tricoche (éd.), Atlante delle tecniche della costruzione romana. Manuale, Rome, à paraître (2021).

[1] Voir par exemple R. Mancini, Le mura aureliane di Roma. Atlante di un palinsesto murario, Studi e materiali dei musei e monumenti di Roma, Rome, 2002.

[2] G. Lugli, La tecnica edilizia romana: con particolare riguardo a Roma e Lazio, Rome, 1957, 2 vol.