Archives par mot-clé : Web sémantique

Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI

La prochaine séance du programme ArcheoNum – L’archéologie dans les Humanités numériques, le vendredi 15 mars (10h-13h), sera consacrée à la réalisation et à la gestion de projets numériques visant à l’interopérabilité des données relatives à l’épigraphie et aux sceaux.

Les deux projets, présentés par Emmanuelle Morlock, Martina Filosa et Alessio Sopracasa, s’insèrent dans le Web de données grâce à l’utilisation des outils collaboratifs EpiDoc, et de son dérivé SigiDoc, tous deux fondés sur la TEI, le standard pour l’édition électronique.
EpiDoc et SigiDoc, applications et schémas libres développés par la communauté scientifique, prennent en compte les données sur l’objet étudié (support d’épigraphie ; sceau) et les inscriptions et images qu’il porte.
La séance sera aussi l’occasion de présenter exist-db, un système de gestion de base de données fondé sur XML, et EFES (EpiDoc Front End Services), la plateforme paramétrable permettant l’adaptation d’EpiDoc (SigiDoc en est un exemple).

Concilier les expertises et combiner les outils : retour d’expérience sur la conception collaborative d’une édition de sources épigraphiques

Emmanuelle Morlock (UMR5189-HiSoMa, Lyon), à propos du projet consacré à la Cachette de Karnak, exposera les questionnements et choix liés à l’édition numérique des sources, et la mise en œuvre d’applications sur exist-db.

Décliner EpiDoc/EFES pour les sceaux byzantins : SigiDoc

Martina Filosa (Université de Cologne) et Alessio Sopracasa (Université Paris-Sorbonne) présenteront, pour un projet de publication en ligne de collections de sceaux byzantins, SigiDoc et la plateforme EFES.

Affiche (pdf) : ArcheoNum-EpiTEI-affiche-light
Texte du billet (pdf) : ArcheoNum-EpiDoc-SigiDoc-15mars2019
Ce billet est aussi disponible sur le carnet Les Projets collectifs d’ArScAn : https://arscanpc.hypotheses.org/1010

  Cette séance du projet collectif ArScAn ArcheoNum est ouverte à toute personne intéressée.
  Elle aura lieu le vendredi 15 mars de 10h à 13h (accueil café 9h30)  à la MSH MAE, 2e étage, salle 211G.
  Adresse : Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès. 21, allée de l’Université, Nanterre.
  Transport : gare RER et SNCF : Nanterre Université

Séance proposée et organisée par A.-V. Szabados

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "Les outils collaboratifs EpiDoc et SigiDoc, ou comment élever l’épigraphie et la sigillographie dans le Web de données grâce au standard TEI," in ArcheoNum, 13/03/2019, https://archeonum.hypotheses.org/765.

L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération : l’expérience de l’Inrap

Séance ArcheoNum du 11 juin 2018, 14H (MAE, salle 211 G)

L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération:
l’expérience de l’Inrap.

par
E. Bryas, Chargée des ressources et de l’ingénierie documentaire &
 C. Tufféry, Chargé des techniques et outils de relevés et d’enregistrement
(DST, Inrap)

 

  Pour en savoir plus sur ces travaux de l’Inrap et les approches et outils présentés :

“Depuis une dizaine d’années, la généralisation du recours aux technologies numériques dans toutes les étapes du cycle de vie des données, modifie en profondeur le rapport des archéologues à leurs objets de connaissance et à la façon dont ceux-ci sont modélisés, encodés, nommés, organisés, stockés, publiés, diffusés, partagés, réutilisés, etc. L’Inrap suit cette évolution et y participe en matière d’archéologie préventive.

Par ses missions, l’Inrap “assure l’exploitation scientifique des opérations d’archéologie préventive et la diffusion de leurs résultats.” (extrait de l’article L523-1 du Code du patrimoine). À ce titre, il est en dépositaire de l’ensemble des rapports d’archéologie préventive. Les rapports de l’Inrap sont publiés sur la plate-forme DOLIA, le catalogue des fonds documentaires (rapports, archives de fouilles, littérature grise, etc.) et bibliothèque numérique de l’Inrap, qui comprend à ce jour environ 40 000 notices documentaires. Ce catalogage permet de caractériser et de localiser physiquement un document, mais aussi d’en décrire le contenu par un résumé et une triple indexation – géographique, chronologique et thématique – avec les thésaurus PACTOLS du réseau Frantiq. Des extraits de ces ressources numériques en ligne ont été utilisés pour le programme européen ARIADNE, déjà présenté à l’UMR ArScan en février 2017. A cette occasion, les métadonnées associées aux ressources de DOLIA ont permis d’enrichir les données archéologiques associées aux publications. Mais c’est aussi en amont que depuis une dizaine d’années, l’Inrap s’est engagé dans un programme de déploiement de plusieurs dispositifs d’acquisition de données nativement numériques sur les diagnostics et les fouilles. Il s’agit d’une part d’une centaine de tablettes durcies utilisées sur tout type d’opération et qui ont fait évoluer l’organisation du travail liée à l’usage de ces dispositifs. D’autre part, plusieurs applications d’enregistrement de données de terrain ont été développées par plusieurs agents de l’institut ou dans le cadre de collaborations avec des UMR. Mais ces applications sont souvent spécifiques à des opérations ou aux pratiques de leurs concepteurs, et elles n’ont eu que très peu le souci d’une interopérabilité technique et sémantique.

Depuis 2015, l’application EDArc est en cours de déploiement. Il s’agit de la première application qui s’appuie sur une approche générique des données de terrain et des diverses manières de pratiquer cet enregistrement sur l’ensemble des opérations d’archéologie. EDArc utilise des normes tant dans les langages informatiques utilisés (XML) que dans le recours à l’enregistrement de métadonnées dès le terrain (ISO 15836) ou encore à des thesauri comme PACTOLS et des listes de vocabulaires contrôlés (Patriarche). Enfin, EDArc a fait l’objet d’un appariement avec la norme du CIDOC CRM (ISO 21127), qui augure de la possibilité de publier les données de terrain dans le Web sémantique dès lors que des décisions seront prises sur les modalités de la publication des données d’archéologie préventive en données ouvertes.” (E. Bryas, Chr. Tufféry).

Séance proposée et organisée par A.-V. Szabados

Cite this article as: Anne-Violaine Szabados, "L’usage de normes et de thésaurus pour les données archéologiques et les métadonnées, de la production sur le terrain à la publication des rapports d’opération : l’expérience de l’Inrap," in ArcheoNum, 23/05/2018, https://archeonum.hypotheses.org/738.